Assemblée Générale de l’Institut du Grenat Samedi 12 mars 2011

 

Historique et objectifs du projet

 Fin décembre, voit la création de l’association Institut du Grenat, deux ans après avoir été hébergé comme une branche des activités de l’APHPO. L’Institut du Grenat vole enfin de ses propres ailes.

Les buts de l’association nouvellement créée sont en premier lieu de développer un lieu pertinent qui s’attachera à préserver l’histoire et le geste artisanal de l’une des bijouteries les plus traditionnelles d’Europe et de Méditerranée.

L’histoire du bijou catalan va au-delà d’un simple état de fait, il s’agit d’une partie de l’histoire artisanale et historique d’un territoire restreint qui s’est forgé depuis longtemps sa propre identité : le Roussillon, (département des Pyrénées-Orientales, Catalunyà Nord).

Envisager un lieu de connaissance et d’échange dénommé Maison du Grenat doit permettre d’appréhender et de défendre la culture et l’histoire de ce territoire au travers de son artisanat le plus précieux : le bijou.

Le monde culturel autant qu’économique a tout à gagner en s’engageant soit au sein de l’Institut du grenat soit en soutenant sa dynamique dans la création d’un nouveau type d’espace muséal, afin d’améliorer l’image de ce territoire et de participer à la pérennité d’un geste ancestral de fabrication dont tous les éléments actuels concourent à la disparition progressive et rapide.

La Maison du Grenat une fois créée ne doit pas devenir un lieu figé mais doit centraliser les contacts et les inter-échanges entre les différentes bijouteries traditionnelles et artistiques d’Europe et de Méditerranée. L’un de ces contacts a permis de faire venir à Perpignan le conservateur du Musée de Turnov en BOHEME (république Tchéque), musée-école retraçant l’histoire du Grenat de Bohème, bijouterie proche par son histoire et par sa pierre de la bijouterie du Grenat de Perpignan.

La future maison du Grenat ainsi envisagée pourra constituer un élément novateur et interactif dans la valorisation des arts décoratifs de notre département tout en reliant le lieu aux autres espaces en Europe et en Méditerranée, espaces géographiques possédant une culture propre et ayant développé et su maintenir un artisanat traditionnel authentique.

Le centre d’interprétation de la bijouterie traditionnelle en grenat de Perpignan ou Maison du Grenat doit aussi et surtout constituer un équipement culturel de proximité ayant pour objectif la sensibilisation, l’information et la formation de tous les publics à la bijouterie traditionnelle catalane en grenat de Perpignan, spécialité artisanale du département des Pyrénées-Orientales.

Cet équipement novateur sera créé en articulation avec les autres équipements culturels du département et de la ville de Perpignan et contribuera à améliorer quantitativement et qualitativement l’offre culturelle dans le maillage du territoire.

C’est un lieu d’information et de sensibilisation qui s’adressera autant aux habitants du territoire qu’aux touristes français et étrangers (catalans, anglophones et autres).

Sensibiliser de l’importance du maintien et de la protection sur le département des Pyrénées-Orientales des gestes de la bijouterie traditionnelle. Cela tend aussi à impliquer davantage la population locale dans une meilleure connaissance et une fierté de sa richesse culturelle au travers d’un de ses arts décoratifs les plus prestigieux : la bijouterie.

Dans ce cadre, la Maison du Grenat peut devenir pour les collectivités et organismes associés un lieu d’échange et d’information privilégié pour le monde professionnel impliqué au sens large dans le monde du bijou (détenteurs du geste, créateurs, revendeurs, artisans, collectionneurs, antiquaires du bijou…) et servir d’interface entre cette composante économique du département et la population locale et touriqtique.

Il s’agit aussi d’offrir un support pédagogique, c’est-à-dire fournir les outils permettant d’analyser et de comprendre la portée culturelle de la bijouterie catalane sur le territoire roussillonnais et dans un espace géographique plus large ainsi que l’importance de la conservation d’un geste authentique au titre d’héritage culturel.

 Véritable outil de médiation culturelle, la Maison du Grenat mettra à la disposition des visiteurs les sources et les méthodes de constitution d’un savoir-faire afin de leur permettre d’identifier lors de visites sur le territoire l’importance du maintien des gestes authentiques de la bijouterie catalane. En effet le grenat de Perpignan et plus généralement le bijou est un secteur de l’économie des Pyrénées Orientales qui dépasse la simple ville de Perpignan et concerne tout le département.

Réalisé par L’association, une première étude permet de quantifier les couts d’une telle démarche et d’entreprendre dès à présent la sollicitation des partenaires financiers qui permettront de donner son envol à ce projet de nouvelle structure culturelle et touristique innovante.

Une partie repose sur le financement par la profession, les institutions mais aussi par les entreprises privées sous forme de mécénat afin de permettre de créer de l’emploi dans cette structure (futur centre d’interprétation).

Concernant les actions de l’Institut du Grenat en 2010 et leur suivi en 2011

 La Saint Eloi

La 2eme semaine consacrée au bijou (laissez-vous conter la saint Eloi, Perpignan) a connu un succès grandissant. Plus d’expositions, un colloque de grande tenue, une journée folklorique particulièrement émouvante ont été les points forts de cette manifestation organisée avec la ville de Perpignan et le syndicat des bijoutiers. La semaine a commencé par l’inauguration de l’expo « Le grenat de Perpignan, une gemme de caractère » au Muséum d’Histoire Naturelle de Perpignan, inaugurant les expositions transversales du Pôle Muséal. Des visites adultes et enfant et des démonstrations ont eu un grand succès. Gageons que de nouvelles activités auront encore lieu, l’expo s’achèvera le 7 mai.

Le colloque a permis de revoir Mme Joannis, de connaître Mme Lemoine Bouchard spécialiste de la miniature et surtout d’accueillir à Perpignan Mr Cogan, conservateur du musée de Turnov en République de Tchéquie. Celui-ci a pu voir le travail de nos bijoutiers et concevra bientôt un inter échange entre Perpignan et la Tchéquie via un projet de partenariat Européen Léonardo.

Projet européen Léonardo

 Le projet de partenariat européen Léonardo est un projet éducatif entre différents pays d’Europe. Son but est de créer la rencontre entre les spécialistes artisans, restaurateurs d’art et écoles de bijouterie afin de créer une base d’échanges de procédés sur les manières de  restaurer l’orfèvrerie et la bijouterie ancienne. Ces objets anciens constituent une partie de l’héritage culturel européen mais il faut concevoir des outils de connaissance des techniques qui ont permis de les élaborer. Cela va peut être permettre à l’exposition « Grenat de Perpignan, une gemme de caractère » de parcourir l’Europe pour aller se poser un temps à Turnov, centre du Grenat de Bohème en Tchéquie.

 Vie du site internet

Créé depuis bientôt 3 mois, le site internet www.institutdugrenat.com connaît une importante progressions à la fois dans le nombre des articles mis en ligne (plus de 400), mais aussi dans le nombre et l’origine de ses lecteurs. Le site internet peut aussi par la qualité de son contenu être une vitrine pour les entreprises qui souhaiteraient associer leur nom à celui du site. Une première proposition va être faite aux bijoutiers de manière à être référencés au sein même du site et d’en percevoir une meilleure retombée. Le secteur privé sera aussi sollicité sous forme de mécénat d’entreprise.

Vie de l’Expo

 L’exposition du Muséum ira ensuite pendant deux semaine à leur demande au lycée professionnel de Graulhet dans le Tarn du 9 au 23 mai. Cet établissement enseigne la bijouterie. Une proposition a été faire au Musée de Turnov afin de placer l’exposition ensuite en Tchéquie mais nous attendons la réponse tout comme celle de Barcelone (ministère de l’artisanat) et d’Idar Oberstein en Allemagne.

 Rencontres

Nous avons rencontré à Barcelone Mme Martin i Ros, conservatrice au Musée du costume. Celle-ci viendra prochainement à Perpignan pour une conférence sur le bijou dans l’évolution de la mode en Catalogne sur les 4 derniers siècles.

Le bijou contemporain retient depuis l’exposition des élèves de l’escola Massana à la Casa Xanxo toute notre attention. Il est nécessaire d’intégrer au projet les artistes créateurs en bijou contemporain de manière à faire aussi de Perpignan le lieu d’expression en France d’un art du bijou percutant et innovateur, ce qui n’existe qu’à Baccarat. L’Institut a été aussi permis la mise en relation d’une jeune bijoutière et d’un village du département désirant installer quelques artisans d’art pour revitaliser son territoire rural et redonner du cachet à son village médiéval : Amelie-les-Bains Palalda. Souhaitons que cette opération soit couronnée de succès et appelle d’autres jeunes à venir développer leur créativité dans le secteur du bijou ici dans notre département.

Enfin il est à souligner les dons de précieux documents d’archives qui vont enrichir le centre de documentation de la future maison du Grenat, en premier lieu les archives de Mr Robert Ducommun qui dépassent le plan local puisqu’il fut actif auprès du HBJO et délégué européen pour la joaillerie française. Un autre don concerne un rare et très précieux carnet de bijoutier en grenat de la fin du XIXe s. par Mme Salles, complétant notre connaissance des productions de la maison Charpentier à Perpignan.

Trésorerie de l’association :

A ce jour l’association a en caisse 2742 euros correspondant à 2500 euros facturés au syndicat artisanal des bijoutiers pour l’organisation de a saint Eloi 2010 ainsi que le reliquat de l’APHPO car l’institut possédait un compte séparé.

Les décisions à prises ce jour :

-Mise en place de la cotisation à 20 euros (adhésion de base), 40 euros et plus pour les adhérents actifs.

  • Possibilité de sollicitation du secteur privé au titre du mécénat d’entreprise
  • Continuité de la convention quadripartite avec la Mairie de Perpignan dans le cadre de la Saint Eloi
  • Possibilité de faire de la vente en ligne (autofinancement) dans les proportions autorisées aux associations loi 1901 par les impôts.
  • Possibilité d’accepter le don, le dépôt ou l’achat d’archives, outils, documentation ou bijoux pouvant amorcer la constitution d’un fonds (documentaire et muséal).
  • Mise en place d’un conseil d’administration composé de membres représentatifs des différentes composantes du monde du Bijou, de la culture, de l’économie et de la société civile.

Election des membres du Conseil d’administration :

Pour le monde minéral : Mr André Schroell, Gemmologue DGemG (Deutsche Gemmologische Gesellschaft/Société Allemande de Gemmologie)

Pour la confrérie du Grenat de Perpignan : Mr Gilles Desaphy

Pour le syndicat artisanal des bijoutiers : Mr Jean Michel Calvet

Pour le monde des bijoutiers contemporains : en attente de représentant

pour le bijou ancien et l’antiquité: en attente de représentant

Pour le monde économique : Mr Yves Nicolas, pdg

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Les buts de l'institut, Union européenne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Assemblée Générale de l’Institut du Grenat Samedi 12 mars 2011

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Felicitacions. Un bon començament
    Rosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *