Aurillac et le souvenir des grenats catalans.

capture-decran-2016-11-30-00-36-26

Perpignan possède depuis longtemps des liens avec Aurillac. Une même tradition de bijoux y existait dont la fabrication de pendentifs en forme de Saint Esprit. 

« Enfin, comment pourrais-je lamenter l’ancienne orfèvrerie quand la rue d’Aurinques, dont le nom perpétuait le souvenir des orpailleurs, a pris maintenant, en s’appelant rue Arsène Vermenouze, le nom du Maître qui sertit au métal de ses strophes des rimes aussi brillantes que les topazes d’Auvergne et les grenats catalans. » 

revue_de_la_haute-auvergne_-_-societe_la_bpt6k65696992

Raymond CORTAT, A travers l’Aurillac d’hier et de toujours, 

Revue de la Haute-Auvergne / publiée par la Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne », p.62.
Auteur :  Société La Haute-Auvergne. Auteur du texte
Éditeur :  Société des lettres, sciences et arts « La Haute-Auvergne » (Aurillac)
Date d’édition :  1938.

Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *