Archives mensuelles : février 2017

Gitans des villes et des champs en Roussillon, 1874.

Place du Puig, quartier Saint Jacques de Perpignan.

Alfred Stanislas Langlois Des Essarts (Passy, 9 août 1811 – Clermont-Ferrand, 18 mai 1893) est un poète, traducteur, auteur dramatique et écrivain français, père d’Emmanuel des Essarts. En 1874 parait cet article sur Perpignan ou il évoque les gitans ( qu’il nomme « gitanes ») sédentaires de la ville de Perpignan ou vagabonds :   la Semaine des familles, 1874. 

Publié dans IIIe République | Laisser un commentaire

Sur les goigs du Roussillon

Source: L’Espérance, 15 04 1882.

Publié dans Régionalisme-Folklore | Laisser un commentaire

Quelques pratiques religieuses usitées en Roussillon durant la Semaine Sainte.

Source : L’Espérance, 07 04 1882. 

Publié dans Espace éducatif, Régionalisme-Folklore | Laisser un commentaire

Poésie religieuse en catalan: Lo dijous sant de la Cena.

L’Esperance, 7 04 1882.

Publié dans Littérature | Laisser un commentaire

N. MAS, photographe à Perpignan, portrait de jeune femme, vers 1900.

Publié dans Belle Epoque, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise | Laisser un commentaire

J. CANAC, photographe à Perpignan, portrait de Catalane âgée, vers 1900.

 

Publié dans Belle Epoque, la coiffe catalane | Laisser un commentaire

cathédrale de Perpignan, vers 1925, la fête des saints Innocents ?

Sortie de la cathédrale de Perpignan, de nombreux enfants sont costumés dont un en évêque, rejouant probablement la tradition ancestrale des saints Innocents. 

Publié dans XXe s. | Laisser un commentaire

Poésie en catalan : Recorda’t, home, qu’ets cendra i qu’en centra has de tornar !

Source : L’Espérance, 22 02 1882.

Publié dans Espace éducatif | Laisser un commentaire

Poésie en catalan : Mes jesus quin dia al cel vos veuré !

Source: Journal L’Espérance (royaliste), 1er janvier 1882. 

Publié dans Espace éducatif | Laisser un commentaire

Portrait de provençale, vers 1840.

Portrait de provençale (27 x 21cm) du milieu du 19° siècle avec coiffe en dentelle et robe à manches gigot dites manches  à l’imbécile. Elle a des bijoux, l’esclavage sur chaînes avec un médaillon rond probablement en roses de diamants ainsi qu’une grande croix dite à la Marie Antoinette. Provence, vers 1840. ces bijoux sont typiquement provençaux.     

Publié dans Bijoux traditionnels | Laisser un commentaire