Une nouvelle découverte sur Gamelin et le costume roussillonnais !

Jacques GAMELIN, peintre languedocien de grand talent, vint à Perpignan sur la demande de la communauté des prêtres de la cathédrale, afin de réaliser des décors muraux nouveaux pour leur chapelle de la Conception. 

Le peintre fut hébergé sur place par le liquoriste PRADAL pour qui il fit un certain nombre de décors intérieurs de taille imposantes, afin de le remercier. 

Deux de ces toiles sont réapparues récemment sur le marché de l’art. 

« Jeunes catalans se préparant pour aller au carnaval » et « Famille catalane« , sont deux importantes huiles sur toile 201×130 et 199×137 cm,dont l’une est signée et datée de 1788.

Deux enfants dont le plus petit porte religieusement un verre à pied semblent attendre que les deux jeunes gens qui les accompagnent finissent leur pause. Le personnage central est habillé de manière raffinée, avec un costume à tonalité blanche souligné par un gilet de laine rouge et des rubans bleu clair. Son visage malicieux est surmonté d’un petit chapeau de feutre orné d’un ruban bleu et d’une plume. L’autre jeune homme est habillé plus modestement, il porte une longue pipe à la main. 

Ces deux peintures sont reproduites dans l’ouvrage d’Henri DAVID « J.GAMELIN, sa vie, son oeuvre » Auch, 1928 et sont titrées « Jeune catalan au carnaval » et « famille catalane », ils sont en outre mentionnés comme faisant partie de la Collection REDON. Sur le dos de chacun d’entre eux figure une ancienne étiquette de l’exposition GAMELIN de 1938 de la ville de Carcassonne et appartiennent alors à Madame de THUBERT.

Scène familiale de la bourgeoisie acquise aux idées des lumières, comme le suggère l’attention portée au petit enfant, très bien vêtu, lui aussi pour aller au carnaval, et qui vient chercher refuge dans les bras de son père. Sur le côté droit, une femme assise de dos file la laine et concentre l’attention de l’enfant. peut être raconte-t-elle un conte effrayant, dont les effets donnent l’idée à un autre enfant dans l’ombre, de taquiner et d’atteindre son visage. Une autre femme est debout, on ne voit pas son visage qui est caché par sa coiffe ornée d’une longue passe. Elle joue peut-être elle aussi avec le tintement des clefs qui pendent à sa ceinture, à l’effroi délicieux que ressent le petit enfant. 

 

Source : 

Belle vente cataloguée
Dimanche 24 septembre 2017 à 10h00 à Pamiers.

LIEU DE VENTEMaître Frédéric FARBOS 
23 place du Marché au Bois 
09100 Pamiers

EXPOSITIONS :

  • samedi 23 septembre de 10h00 à 12h00 : A l’étude
  • samedi 23 septembre de 14h00 à 18h00 : A l’étude

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, la coiffe catalane. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *