Les LAVIOSE, spécialistes du Bijou en Grenats de Perpignan depuis 1917

Petite histoire d’une grande maison 

C’est en 1917 qu’est créé au cœur de Perpignan un petit atelier boutique de bijouterie et horlogerie par un jeune homme du nom d’Abdon Laviose. Issu du Haut Vallespir, pays des forges et du fer du Canigou, la famille Laviose trouve en Abdon le premier à se lancer dans la bijouterie. Commence alors l’une des plus importantes lignées de bijoutiers traditionnels des Pyrénées-Orientales.

Mobilisé en 1914, gravement blessé sur le champ de bataille, il est laissé pour mort dans les tranchées. A son retour, il s’installe à la rue Foch après sa démobilisation. La première boutique atelier portera d’ailleurs comme enseigne : « Aux mutilés de la Guerre ». En 1927 il est récompensé à l’Exposition internationale de Montpellier et son enseigne devient alors : « un Bon Ouvrier ». La bijouterie du grenat est alors à son apogée. La maison Laviose devient une référence en matière de savoir-faire et de qualité.

Aujourd’hui, c’est la quatrième génération qui perpétue la tradition et le geste pur, tradition qui un siècle durant s’est conservée au sein de l’atelier de la rue Foch.

Laviose joue dans la cour des grands

 La maison Laviose a écrit une page d’histoire de la bijouterie traditionnelle du bijou en grenats de Perpignan. Cette histoire a été continuellement marquée par des générations successives de maisons qui ont porté ces extraordinaires bijoux à leur plus beau niveau. La volonté des bijoutiers tels que les Charpentiers, les Velzy, les Ruf, les Cussac, a été d’allier le très grand art de la joaillerie à une tradition de fabrication pure et délicate héritée de l’Ancien régime. Pour preuve, les splendides bracelets de la collection Laviose. Abdon, Jean-Pierre puis aujourd’hui André et son fils Guillaume Laviose, les quatre générations ont réussi à force d’efforts et de volonté à faire partie du cercle très fermé des grands bijoutiers du Grenat de Perpignan. C’est aujourd’hui l’un des dernies ateliers à fabriquer régulièrement des croix badines identiques en forme et en travail à celles qui étaient jadis portées par les nobles Catalanes du XVIIIe siècle.

la beauté magnifiée de la femme catalane

Traditionnellement vantée dans la littérature et les récits de voyageurs, la Catalane était autrefois reconnaissable à son costume gracieux et sa coiffe en riches dentelles. Aujourd’hui, le dernier témoignage de cet habillement identitaire est resté le plus discret et le plus féminin, c’est le bijou en grenat. La maison Laviose continue à créer des parures qui glorifient la beauté et la grâce des Roussillonnaises avec des bijoux d’une incomparable qualité, à la fois esthétique et technique. Une femme ne se contente pas de porter un bijou, elle doit le ressentir, lui donner vie.

Porter un Grenat  est un signe de goût et de noblesse, la maison continue donc à faire coexister tous les style qui ont  fait la gloire du Grenat de Perpignan, bijoux du XVIIIe s. telle la croix badine, Art Déco avec les formes classiques, et créations aux accents actuels. Chaque femme trouve dans cet atelier son style de bijou, compte indépendamment de son âge ou de son mode de vie.

Hommage au symbole : la croix Badine

La Fabrication du bijou symbolique qu’est la croix Badine, la plus précieuse aux yeux des Roussillonnaises, est un travail d’excellence. Il nécessite un grand nombre d’heures de travail, des outils particuliers et un grand savoir faire. Les formes des deux parties des chatons sont estampées minutieusement.  Un rail est soudé à l’intérieur afin de pouvoir y faire reposer la pierre, les parties du chaton peuvent alors être fermées. Un paillon réfléchissant est délicatement posé dans l’intérieur du Chaton, puis c’est au tour de la pierre. Il faut alors rabattre la sertissure afin que pierre et or ne fassent qu’un. Le grenat employé par les bijoutiers de Perpignan possède des nuances de couleur qui permettent de différencier au premier coup d’œil un bijou ancien d’un bijou neuf. Avant l’avènement du grenat, d’autres pierres étaient traditionnellement montées en serti clos à Perpignan, diamants, citrines, émeraudes, doublets et verroteries facettées, que ce soit sur or ou sur argent. La couleur du paillon est très souvent de la couleur de la pierre sauf dans le cas des « brésils » qui désignent les citrines posées sur paillon rouge, leur donnant des reflets à la fois rouges et jaunes.

Les trésors de la collection Laviose

Conserver ce patrimoine vivant est le principal combat mené depuis toujours par la maison Laviose. Devant la disparition des bijoux en grenats anciens, abimés, ou démontés, André Laviose a peu à peu pris soin de conserver des exemples de bijoux anciens fabriqués à Perpignan. Afin qu’il puisse rester un témoignage tangible de la prestigieuse production des ateliers perpignanais de la fin du XIX et du début du XXe siècle, une cinquantaine de pièces ont été patiemment rassemblées, restaurées et sont exposées.

En effet, la maison Laviose participe à l’important projet culturel visant à faire reconnaître ce savoir-faire traditionnel par le biais de l’Institut du Grenat. La collecte de bijoux anciens, d’archives et d’outils ainsi être réunie dans un lieu unique permettra au public de comprendre l’histoire et les évolutions de cette bijouterie au cours des

bijoux anciens et archives de l'atelier Au Grenat Laviose, photo L.Fonquernie.

bijoux anciens et archives de l'atelier Au Grenat Laviose, photo L.Fonquernie.

siècles.

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Le bijou roussillonnais aujourd'hui. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *