La clientèle perpignanaise vers 1700

Les orfèvres-bijoutiers de Perpignan ont toujours travaillé pour des clients importants et riches. Antoine Gouzy avant sa mort en 1710 avait pour client le duc de Noailles et avec lui tout le personnel de sa résidence de Perpignan, des bourgeois honorés ou des nobles comme monsieur de Copons, monsieur de Tamarit, la comtesse de Ros, monsieur Jorda seigneur de Taxo, monsieur Marty de Prats de Mollo, des communautés religieuses comme les marguilliers de l’église de Bompas, des militaires comme le capitaine Brial, le capitaine Marsal, des personnages au métier estimé ou aux hautes fonctions administratives : le chirurgien de Canet, monsieur de Vilar juge du baillage de Perpignan, , monsieur Peiret viguier de Canet, monsieur Forcade prévôt, et enfin des personnes de milieux plus populaires : le sieur Ville valet de chambre de monseigneur l’évêque, Florentine Pellisser sage femme….

L’inventaire de 1710 donne une idée de ce que l’on pouvait trouver comme parures dans une boutique de la ville, place des Corts. Nous trouvons des croix d’or garnies de pierres émeraudes, des croix garnies de pierres blanches de Vich avec une pierre violette au milieu, des croix d’argent garnies de pierres blanches, des pendants d’oreille d’or à « panjolles » garnis de pierres violettes avec trois petits pendants garnis de perles à chacun, des bagues d’or à sept pierres chacune blanches ou violettes, des bagues d’argent à sept pierres blanches, des bagues à portrait le corps d’or et la teste d’argent à pierre blanche, des bagues d’argent appelées Saint Jean (ADPO, 3E6/67).

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *