Création du syndicat patronal: le syndicat de l’association professionnelle des horlogers, bijoutiers et orfèvres de Perpignan et du département des P.O

J.Charpentier, buste de Raymond Sudre, 1911.

J.Charpentier, buste de Raymond Sudre, 1911.

Profitant de la loi du 21 mars 1884 autorisant la constitution des syndicats, les professionnels de la bijouterie et de l’horlogerie créent leur propre syndicat. Il s’agit d’un syndicat patronal . Fondé le 1er septembre 1894, le syndicat de l’association professionnelle des horlogers, bijoutiers et orfèvres de Perpignan et du département des P.O. constitue une avancée sociale et professionnelle importante . Comprenant alors 31 membres, le syndicat qualifié de patronal est ouvert aux horlogers, bijoutiers et orfèvres en magasin ainsi qu’aux ouvriers seuls établis en appartement. Les réunions ont lieu dans une salle de la mairie de Perpignan. Le bureau se compose de deux vice présidents, un horloger et un bijoutier pour que chacune des deux professions soit représentée. Le statut social est aussi pris en compte puisque les six membres du bureau sont deux horlogers, deux bijoutiers, un ouvrier horloger et un ouvrier bijoutier. Les buts de cette association sont les suivants:
« Créer des relations et resserrer les liens de confraternité qui doivent exister dans nos industries, réaliser en vue du progrès moral et matériel toutes les améliorations qu’elle sera susceptible d’obtenir par l’étude, la concorde et l’équité, et de trancher par la conciliation les différens qui pourraient surgir parmi les membres de l’association et s’occuper de toute question d’arbitrage par une commission nommée à cet effet (art.2) ».

De plus le syndicat précise quatre services spéciaux auxquels il va s’employer :

-arbitrage et conciliations gratuits,

-œuvre philanthropique en faveur de tout ouvrier apte à subir un examen d’ouvrier d’art, et ne passer qu’un an sous les drapeaux,
-protection auprès de tous les ouvriers horlogers et bijoutiers qui quitteront le département grâce à une lettre de recommandation du président,
-avec les dons et legs, création d’une caisse de propagande et de défense des intérêts de la corporation en vue d’assurer la prospérité de l’activité, attirer la clientèle, faire ses achats chez les professionnels que le titre de membre du syndicat recommande pour leur valeur professionnelle et leur honorabilité.

Le premier président du syndicat fut Antoine Rolland, puis Jacques Charpentier. En 1919 c’est au tour de M.Belmas jusqu’en 1922, date à laquelle la charge revint à Joseph Charpentier. Ce dernier garda la présidence pendant 34 ans .

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *