Les Coeurs ex-votos de Consolation à Collioure

L’ermitage de Consolation à Collioure est l’objet d’une grande vénération à la fois des colliourencs mais aussi de tous les habitants du Roussillon. La fête traditionnelle du 8 septembre donnait lieu sous l’Ancien Régime à une foire commerciale qui durait trois jours.
La Vierge de Consolation était invoquée de manière individuelle pour la guérison des maladies mais aussi pour faire revenir de mer un mari ou un fils sans accident ni naufrage. De manière collective Notre Dame de Consolation était invoquée pour arrêter la sécheresse, ce qu’elle fit le 25 avril 1703 à la demande des consuls.

« Nous montâmes en procession à Consolation, nous portions le christ de Cosprons que nous étions allé chercher à cause de la sécheresse, lorsque nous montions, il commença à pleuvoir »

Les registres de la chapelle de Consolation mentionnent pour le XVIIe siècle l’existence d’un trésor constitué d’objets donnés en offrande à la Vierge. L’inventaire du 2 janvier 1684 détaille collection de bijoux civils offerts en ex-voto à Consolation au cours du XVII° siècle : quinze anneaux d’or et un d’argent avec perles et pierres blanches, quatre croix de Saint Jean, des médailles religieuses en argent, une croix avec pierres blanches, des colliers dits gargantillas.
On trouve aussi les deux couronnes d’argent pour la Vierge et l’Enfant Jésus, des chapelets de cristal, des Agnus Dei (médaillons reliquaires) ainsi que des présentallas : une chaussure d’argent, des yeux d’argent, des cœurs en or et argent, des branches de corail, une cuiller d’argent.
Les bijoux appelés en catalan joies devenaient dans certain cas si nombreux que le conseil de fabrique pouvait décider de les faire fondre pour financer l’achat d’un nouveau calice ou d’une couronne. Dans le cas de Consolation il est toutefois probable que des bijoux antérieurs à la période révolutionnaire puissent faire partie de la collection cousue sur les deux cœurs de velours.
Tous les types de bijoux sont représentés : colliers, boucles d’oreilles, coulant, croix, bagues et broches.
De nombreuses pièces appartiennent à une production traditionnelle du « serti clos ». Dans cette production on peut remarquer des croix badines or et grenats mais aussi argent et pierres blanches ainsi que de nombreuses boucles d’oreille à pendeloques amovibles.
D’autres bijoux sont en or creux comme un type de boucles d’oreilles dites fileuses, dont plusieurs de différentes tailles, sont présentes, un type de croix simple (croix de saint Jean) qui semble être toujours avoir été porté avec un coulant en forme de cœur, ainsi que des créoles à boules facettées.
Une tradition veut que les créoles aient été portées par les marins à une seule oreille d’une manière curative, cela pour conserver la vue . Mais la taille volumineuse de ces boucles et le fait qu’elles se trouvent par paire dans cette collection comme dans celle de l’ermitage del Coll, est de nature à récuser cette hypothèse.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les Coeurs ex-votos de Consolation à Collioure

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Molt interessant per compendre tot el qué són i d’on venen aquests ex-vots fets amb diferents pedres i joies. Gràcies, Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *