Un artisanat à vocation culturelle : La bijouterie en Grenat de Perpignan

Par définition et au sens le plus large, l’artisanat regroupe l’ensemble d’activités productives essentiellement manuelles et requérant une adresse et des aptitudes artistiques pour produire des objets fonctionnels, utilitaires ou décoratifs sur la base d’une tradition familiale ou locale transmise de génération en génération. Il s’agit donc d’un concept dont les points communs sont la réalisation manuelle et une certaine singularité du produit qui le différencie d’un produit industriel.

L’artisanat à vocation culturelle, se trouve donc à mi-chemin entre l’utilitaire et l’artistique, comprend de nombreux produits : de la joaillerie, de la vannerie, des tissages, de la broderie, de la céramique, du bois, des instruments de musique,…

La particularité des artisans bijoutiers en Grenat de Perpignan est de transmettre un savoir-faire ancestral et un patrimoine culturel, se différenciant ainsi d’un artisanat orienté simplement vers le marché. Sans nier cependant que la notion de marché y est également présente dès le début du processus de production.

L’artisanat du Grenat en Catalogne Nord a une intense vocation culturelle. Il recouvre par conséquent une large gamme de gestes particuliers permettant cette activité productive basée sur l’habileté (conséquence d’un long apprentissage), et les connaissances techniques particulières qu’il faut aujourd’hui promouvoir avec la revalorisation d’une manière plus générale de savoirs et de pratiques de la culture catalane et spécifiquement roussillonnaise transmis de génération en génération.

En général, on considère également que l’artisanat est le plus souvent anonyme. Peu de bijoux sont attribués comme provenant d’une Maison, voire d’un bijoutier, malgré le poinçon de maître obligatoire sur chacune des réalisations. Seules les pièces d’exceptions sont mises en avant comme créations d’un bijoutier : bague de Dali de Georges Lavaill, Broche de l’Expo de 1889 de Paul Velzy….

Le processus de transmission de génération en génération permet de recréer de façon permanente la tradition, de manière telle qu’elle ne reste pas figée dans le temps mais, au contraire, qu’elle s’adapte de façon créative aux défis du marché et de la globalisation de la culture.

Ainsi, cet artisanat à vocation culturelle peut être à la fois un apport économique conséquent au secteur de la bijouterie en général et un appui à la recréation permanente de la culture propre à la Catalogne Nord.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Le bijou roussillonnais aujourd'hui, Les buts de l'institut. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *