Meeting Léonardo de Debrecen, Hongrie, 6 et 7 mars 2013.

Suite aux trois précédentes rencontres de Koblenz, Vilnius et Perpignan, le quatrième lieu d’échange a été Debrecen en Hongrie. Les partenaires de l’école de bijou ont donc accueillis les homologues Tchèques, allemands, Lituaniens et français durant deux jours afin de continuer les sessions de travaux ainsi que des visites sur site.

 

Jeudi 7 mars 2013

Accueil des participants à l’école d’enseignement artisanal de Debrecen.

Constance Kuesel, responsable de projet, nous nous accueille et liste les différents travaux qui seront présentés et les thèmes abordés durent les deux jours. Nous travaillons ainsi sur les suites des différents projets de coopération entre partenaires ainsi que sur le référentiel commun.

Nous abordons en particulier les problématiques de restauration des bijoux, description des techniques anciennes sur des objets provenant de collections des musées nationaux par exemple, ou bien de communautés religieuses. L’intéressant travail de recherche des partenaires tchèques sur des objets religieux permettent d’aborder les questionnements de la restitution de ces pièces dans leur intégrité ou bien dans l’état actuel, qui comprend des rajouts au fil du temps. Les analyses ont toujours concerné les composantes chimiques de l’objet que les corrosions qui l’affectent.

Les partenaires hongrois ont fait intervenir le président des gardiens de la sainte Couronne de Hongrie. Ce responsable nous a fait un large exposé sur cette exceptionnelle pièce d’orfèvrerie du Moyen-âge dont l’une des particularité est le travail exceptionnel d’émaillage.

En fin d’après midi, nous nous sommes rendus dans la région de production du Tokaj, vin liquoreux spécifique de la Hongrie et avons pu déguster les gammes de production et la gastronomie locale.

Vendredi 8 mars 2013 :

 

Le lendemain, nous avons repris la session de travail.

Les partenaires lituaniennes font état de leur analyse sur les objets religieux qu’elles ont décidé de restaurer avec l’intervention du centre de Vallendar (Allemagne). Cet atelier de restaurations de l’argenterie religieuse et sa vision pratique sur des objets dont le statut est privé (ils appartiennent à l’Église) permet des échanges passionnés sur les différentes pratiques à mettre en place. Il faut prendre en compte une étique qui détermine le fait de restaurer des objets, et différencier ceux qui sont utilisés encore et ceux qui doivent seulement être exposés.

Miroslav Cogan, conservateur du Musée de Turnov a montré les collections de son Musée. Il s’agit d’un dépôt des bijoux et archives de l’école de Turnov auprès du Musée. Ainsi grâce aux archives, on a pu plus facilement comprendre et dater les bijoux ainsi que de prévoir leur restauration. En effets ils n’étaient pas tous en bon état, ou bien avaient subis des restaurations anciennes qu’il a fallu enlever avant de pratiquer une nouvelle restauration. Il nous montre une étude de cas sur un objets en cristal e roche.

L’Institut du Grenat a réalisé un film sur la technique du Grenat de Perpignan et ce film a été traduit (voix off) en anglais pour le Projet Léonardo.

Nous avons ensuite évalués les différents modes de restauration avec les problématiques récurrentes liées au statut de l’objet à restaurer, et salués la présence de Mr Gunter Guggenberger, orfèvre spécialisé dans l’émail, autrichien travaillant par stages à l’école de Debrecen. Il a porté des bijoux anciens hongrois en argent doré et serti clos, du XIXe s.

Nous avons fini la session à 13h00, puis visité le Musée protestant de Debrecen, ainsi que l’église Sainte Anne et son petit Musée. Cela a pu nous familiariser avec l’orfèvrerie de Hongrie.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.