Intérieurs perpignanais : L’Hôtel de Lazerme en 1766

Inventaire de feu le marquis de Saint-Marsal, pris par sa fille, Dona Maria Delpas i de Camporell, marquise de Blanes, le 23 octobre 1766.

Primo une maison située au dit Perpignan paroisse saint Jean, dont la porte principale est à la rue de l’Ange, et le derrière de la maison donne sur la rue des Tavernes vieilles, confrontant avec le sieur Thomas Bertran, avec l’Hôtel du Commandant, avec le sieur Joseph Pons, les héritiers du sieur Costa en deux rues, et autres, dans laquelle maison de Mr le Marquis de Saint-Marsal faisant son habitation, s’est trouvé ce qui suit :

vallayer-coster
vallayer-coster

A la cave de la maison:

13 paniers d’osiers garnis de deux bouteilles de verre de contenance de deux pots ou environ, chacune vide. Un tonneau de contenance d’une charge cerclé de fer servant pour le vinaigre avec son robinet de fonte le tout usé, 9 jambons du pays, 13 pièces de lard, 2 barricots couverts de nattes, l’un plein de grenache, et l’autre avec trois pots du même vin.

Au premier étage de la maison dans le petit salon à l’entrée de l’appartement :

7 pièces de tapisserie des Flandres aux armes de la maison usées, 6 couverts, 2 casseroles de cuivre, avec une râpe de fer blanc, une table en bois de sapin couverte de cuir, fort usée, 8 chaises bois de noyer, à bras, garnies de cuir, à l’ancienne mode, fort usées, un tableau à cadre doré représentant Saint Jean-Baptiste au désert, deux autres tableaux à cadre dorés, l’un représentant saint Raymond, et l’autre saint Joseph, un tableau à cadre de bois représentant la Sainte Famille.

Dans le salon attenant au jardin :

Une table de marbre avec ses pieds en console garnis d’un filet doré, une glace de deux pieds, dix pouces sur 25,5 de largeur dont le couronnement est d’une glace de 15 pouces de hauteur sur 12.5 de largeur, le tout garni d’un cadre à bordure dorée. Un trumeau de cheminée dont la glace est en trois parties, faisant une largeur de 2.5 palms, sur 6, 15 palms de hauteur avec ses bordures dorées. Une paire de chenets de fer garnis de cuivres dorés, une pelle, pincette et tenaille de fer pour le feu.

Dans le cabinet attenant à la susdite chambre :

6 chaises de noyer à la dauphine garnies de cotonnades, une petite table de noyer à pieds de biche servant à porter le nécessaire, une petite tapisserie de toile peinte en jaune, deux rideaux de toiles garnis d’indiennes avec une tringle de fer.

Dans un autre cabinet attenant au précédant :

3 chaises pliantes à l’ancienne mode garnies de cuir fort usé, un tambour à chauffer le linge, une table de nuit, deux tablettes de sapin peintes en jaune, une table de nuit, un réchaud de tôle (brasero) pour mettre sous la table, une chaise percée en bois de sapin, un bidet bois de noyer usé avec son vase de faïence, dans lequel s’est trouvée une seringue d’étain, trois tables bois de sapin dont une de 6 couverts, une de douze avec un seul tréteau.

Dans l’appartement où sont les enfants de M.d’Albaret :

Un lit à quenouilles une place en bois de noyer, une paillasse, deux matelas de laine, un traversin, une couverte de laine blanche, 7 fers à repasser, un lustre doré à 6 branches, un fanal de verre, un grand globe de cristal avec sa lampe à quatre mèches.

Décors peints dans l'Hôtel de Lazerme
Décors peints dans l’Hôtel de Lazerme

Au salon de livrée qui est à gauche de l’escalier :

9 fauteuils de noyer à l’ancienne mode garnis de cuir à clous dorés, une table bois de sapin garnie de cuir, une fontaine avec sa cuvette, un tambour d’étain avec son petit robinet de fonte, 5 chaises de cuir pliantes à l’ancienne mode.

A la salle (d’apparat) de la maison :

16 fauteuil bois de noyer garnis de maroquin rouge, deux petites commodes bois de noyer, une table de marbre avec ses pieds de biches, deux globes en verre d’Allemagne, chacun avec leur lampion à trois mèches, un lustre de cristal à 6 branches, deux rideaux de toiles garnis d’indiennes avec deux tringles de fer, une corbeille d’osier, 12 chaises de paille peintes en jaune, 10 grands tableaux sans cadre représentant différents portraits de famille, 4 dessus de porte sur toile représentant des paysages.

A la chambre alcôve qui se trouve au fond de la salle à gauche :

3 pièces de tapisserie, un cadre à corniche représentant un gladiateur, un fauteuil garni de velours cramoisi, un lit à quenouilles à une place, bois de noyer, une paillasse de toile deux matelas de laine, un traversin de plumes, une couverte d’une étoffe de soie rouge piquée, le tout usé. 4 petits rideaux d’indiennes avec deux tringles de fer, 3 dessus de portes peints sur toile, deux bras d’argent haché, 2 petits guéridons dorés, une pendule.

Dans un cabinet qui est à droite en entrant à la dite salle :

2 rideaux toile de rennes avec tringle de fer, un lit à quenouille à une place bois de noyer, une paillasse, un matelas de laine, un traversin de plumes et une couverte de taffetas piquée très usée, et le reste usé, le garniment du lit de cotonnade fleurie, une commode bois de cerisier, deux tableaux sans cadre, l’un représentant saint François de Paule, l’autre saint Dominique de Soriano.

Dans un autre cabinet attenant au précédant :

2 encoignures bois de noyer, deux rideaux d’indiennes à fleurs rouges avec leur tringle, une chaise de paille ronde usée, une vieille tapisserie de taffetas, un table de nuit bois de noyer, un tambour à chauffer le linge, une bassinoire de cuivre rouge à manche de fer.

.

Dans un autre cabinet attenant au précédant :

8 chaises bois de noyer à cartouche garnies d’une étoffe d’or et argent très usé, deux fauteuils de velours ciselé, quatre rideaux d’indienne bleue avec leur tringle de fer, deux portraits, l’un de monsieur le marquis de Saint-Marsal, l’autre de sa défunte épouse, deux bras de cristal pour la cheminée, une pendule, deux chenets de fer garnis de cuivres jaunes avec pelle, pincette, et gâche de fer garnis de même.

A la chambre attenante au susdit cabinet :

Une couchette bois de noyer à deux places, une paillasse de toile, deux matelas de laine, un traversin de plume, une couverte d’indienne piquée, le « garniment » complet du lit avec sa couverte le tout de damas cramoisi, 5 pièces de tapisserie du même damas, deux portières du même damas, 4 rideaux de fenêtres du même damas, 12 fauteuil bois de noyer vernissé garnis de tapisserie rouge, un eau-bénitier d’argent, un petit tableau à cadre doré représentant saint Jean-Baptiste, un dessus de porte de toile peinte, 2 bras à fleurs de fer blanc à deux bobèches et deux branches, une bergère dont le matelas est garni de ras (soie) de Sicile, avec un surtout d’indienne rouge, 4 fauteuils rembourrés de paille de mer et garnis de cotonnades, une paire chenets de feu, pelle, pincette, tenaille, le tout garni d’argent haché, une table de marbre avec ses pieds bois de noyer doré, un trumeau à deux glaces dont l’une est de 3 palms et demi de haut, sur 3 de largeur, garni d’un cadre doré, un soufflet à deux corps.

Dans un salon attenant à la dite chambre :

La tapisserie du salon d’un damas vert usée 4 portières du même damas avec deux dessus de porte de toile peinte, un sofa bois de noyer garni d’une tapisserie de soie à petits points, 12 fauteuil de canne avec leurs coussins, et dossier de laine couverts d’une cotonnade blanche et jaune, 2 encoignures à pied de biches couvertes de marbre, 4 rideaux de taffetas vert avec les tringles de fer, quatre autres rideaux de popeline verte, une table de marbre avec ses pieds de biche dorés, un lustre de cristal à six branches, deux chenets de fer garnis de cuivres dorés avec pelle, pincette, tenaille de fer garnis du même cuivre.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, noblesse roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.