Chronique du carnaval de Perpignan de 1879.

le carnaval a été cette année favorisé par température exceptionnelle, aussi les fêtes ont été brillantes et les bals très fréquentés. Les Loges de la parfaite Union et de Saint Jean des Arts ont ouvert et clôturé la série de réunions dansantes. Comme toujours, MM. les membres de ces Loges ont été de la plus exquise urbanité envers les nombreux invités qu’attire chez eux un accueil des plus sympathiques. Le bal du jeudi gras est venu fournir à nos excentriques le prétexte des déguisements les plus bizarres, on suivait avec plaisir  leurs évolutions, autour d’un essaim de jolis masques, dont les yeux scintillaient sous le velours noir des loups. La soirée a été splendide et si les pierrots et les dominos ont été d’un mutisme désespérant, les danseurs ont prouvés qu’ils avaient des muscles d’acier. Est-ce bien une compensation ?

costumé, ph Canavy, vers 1875, Perpignan.

costumé, ph Canavy, vers 1875, Perpignan.

Il fut un temps pas si éloigné, où dans le couloir des galeries, trop étroit pour contenir la foule, s’engageait un feu roulant de lazzis et d’intrigues. D’indiscrets dominos y faisaient au profit de tous, la petite chronique, souvent scandaleuse, de l’année ; les rires couvraient les voix. Aujourd’hui le silence règne le plus souvent dans ce corridor témoin jadis de si bruyants ébats, c’est à peine si l’on voit de temps en temps un masque s’y égarer au bras de son cavalier. Ils viennent pour s’isoler…écoutez en passant leur conversation, vous surprendrez entre deux soupirs, cette phrase sentimentale : « Quand donc, mon ami, allons nous déjeuner ? »

Aussi à partir de minuit, le bal n’est il plus que dans la salle, exactement comme Mailloles n’est plus aujourd’hui que dans la ville. Jadis la population toute entière se rendait au Longchamp perpignanais. Les deux musiques de la garnison y jouaient leurs plus beaux quadrilles ; les danses catalanes étaient installées près de la fontaine d’Amour. Dans les champs, d’aussi loin que les yeux pouvaient les découvrir, on apercevait des groupes joyeux, qui, venus dès le matin, apportant leurs provisions, faisaient circuler à la ronde le barral plein d’un rancio généreux. De modestes charrettes couvertes de laurier, ornées de rubans et transformées en char triomphal, véhiculaient les félibres catalans de circonstance, improvisant des vers ; tandis que de brillantes cavalcades et mascarades parfaitement organisées zébraient de leurs lignes brillantes cette longue file de bonnets rouges…

Si la promenade de Mailloles n’avait cette année plus rien d’original, cette année, plus rien de pittoresque, les balcons de la ville étaient en revanche, envahis dès une heure par une armée de jolis et frais visages ; de blanches mains préparaient des projectiles moins meurtriers que certaines œillades, et peu de temps après, le combat s’engageait sur toute la ligne pour ne finir qu’à six heures du soir. Pendant ce temps la joie la plus franche n’a cessé de régner. L’on a à déplorer, en fait d’accidents, que quelques yeux pochés, quelques nez escarbouillés, quelques chapeaux défoncés par certains aimables farceurs, dont le plaisir délicat consiste à lancer à tour de bras et une par une, de grosses dragées qui acquièrent dès lors la force d’un caillou. Ces trouble-fêtes trouvent cela très drôle, nous les signalons à qui de droit afin que ces actions proscrites par le bon goût et par le respect que se doivent entre eux les citoyens, ne dégénère en rixes regrettables.

Le carnaval n’a pas dit son dernier mot. On prépare un bal masqué pour la mi-carême. Cette fête viendra grossir la somme recueillie pour les pauvres dans les bals du Jeudi-Gras des amis de la Parfaite Union et de Saint Jean des Arts. La quête faite au bal du Jeudi-Gras a produit 578 francs, Celle faite à la Parfaite Union 700 francs, et celle faite à Saint Jean des Arts 323 francs 50 cents. En tout 1601 francs et 50 centimes. Nous sommes heureux de faire connaître le total de ces quêtes, dont le chiffre va soulager plus d’une misère. Nous rendons grâce pour les pauvres à nos jeunes gens ; ils semblent s’être inspirés des vers de notre immortel poète Victor Hugo :

« Donnez ! Il vient un jour ou la terre nous laisse,

Vos aumônes, là-haut, vous font une richesse,

Donnez ! Afin que l’on dise il eut pitié de nous,

Afin que l’indigent que glacent les tempêtes,

Que le pauvre qui souffre à coté de vos fêtes,

Au seuil de vos palais fixe un œil moins jaloux.»



E.Falip, Le journal des P.O., 1869.

char de carnaval à l'arsenal, ph Bacard, Perpignan.

char de carnaval à l’arsenal, ph Bacard, Perpignan.

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans IIIe République. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *