Costume toulousain du XVIIIe s.,  le portrait de Thérèse Azémar conservé à l’Hôtel-Dieu.

 Portrait de Thérèse Azémar

Portrait de Thérèse Azémar

Anonyme, Portrait de Thérèse Azémar, Toulouse, Hôtel-Dieu Saint-Jacques, CHU de Toulouse. Crédit photo : Photo Hôpitaux de Toulouse.

Thérèse Azémar, veuve De Masbou, décédée en 1792,  bienfaitrice de l’hôpital, nous a laissé son portrait en pied semblant dater des années 1780. Elle est vêtue d’une robe d’un rouge vermillon éclatant, qui découvre des chaussures blanches. Il semble s’agir d’un modèle de robe à petits paniers, dite robe à l’anglaise composée d’une jupe et d’un manteau de robe, ouvert sur le devant. 

Par contre, elle porte par-dessus sa robe et un bonnet blanc, une sorte de voile très volumineux, peut-être de gaze ou de mousseline, de couleur noire qui lui couvre la tête et les épaules, à moins qu’il s’agisse d’un fichu et d’une coiffe de même couleur. Il est en effet assez commun de posséder dans sa garde robe une « Thérèse » qui ressemble à une très grade coiffe baleinée ou pas, adaptée aux coiffures de cette époques, les « pouf ». Celle-ci semble fixée en haut du torse par un nœud réunissant deux lacets. Sur les épaules la donatrice aurait donc un châle de même couleur. 

Dans ce cas, si les vêtements ne sont pas entièrement noirs, le veuvage est montré ostensiblement, grâce aux accessoires et éléments de coiffure. Ce tableau évoque une œuvre toulousaine postérieure de Gabriel Durand, représentant Madame Faure en 1842, qui porte elle aussi un voile noir sur la tête par-dessus sa coiffe. 

Source : Paraître du deuil, d’un lieu à l’autre. Les veuves en Midi toulousain au XVIIIe siècle, Christine Dousset.

https://journals.openedition.org/apparences/1156?lang=fr

Ce contenu a été publié dans Ancien régime. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *