Orfèvres et maçons

Les orfèvres-bijoutiers possédaient une éducation en relation avec leur rang et étaient pour la plupart ouverts aux idées des Lumières lorsque celles-ci voient le jour au milieu du XVIIIe siècle. Preuve en est la participation de maîtres bijoutiers dans les Loges Maçonniques qui existent à Perpignan après 1750. Pour exemple, Jean Bachelard est recensé en 1768 parmi les nouveaux reçus de la Loge de la Parfaite Union .

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *