La croix badine, pièce d’exception

La croix badine est la croix la plus typique et traditionnelle des croix fabriquées en Roussillon. Elle est réalisée en or avec des grenats mais aussi dans les périodes anciennes en argent avec des roses (diamants taille ancienne), à l’exemple des croix provençales portées en Arles sous le nom de papillon ou bien dans le Tarn ou là aussi certaines croix portent le nom de badines.

Le terme de badine désignait un objet mu d’un léger tremblement, que ce soit le vent sur une dentelle badine ou bien l’effet de la charnière qui donne à la croix catalane un petit mouvement.

La croix est réalisée en serti clos dressé avec bélière retournée et invisible. Les deux chatons du bas sont reliés par une charnière dissimulée entre le chaton du milieu et la première pierre du bas. La croix est suspendue au nœud de bijouterie lorsque celui-ci est conservé, par deux chaînes de jaseron.

 Les badines en argent enchâssant des pierres blanches (diamants, brillants, quarts, pierres du Rhin ou strass) ont été fabriquées aux XVII et XVIIIe s. et portées sous l’Empire et la Restauration. On les retrouve sur le portrait de Elisabeth Campagnac, à l’église d’Ille sur Têt, à Consolation et dans le vestiaire de la Vierge de la Victoire à Thuir. Des Badines ont pu être ornées avec d’autres pierres comme des pierres du Rhin, des pierres violettes de Vich ou améthystes, des émeraudes, …la plupart facettées en taille rose.

Le nœud d’orfèvrerie qui orne le haut de la badine n’est jamais cité comme tel dans les actes. Il fait bel est bien partie de la Badine, retenant la croix par de minuscules chaînettes de jaseron. Le notaire fait comme nous aujourd’hui l’amalgame entre la croix et le nœud. C’est au nœud qu’est passé un cordon de soie ou de velours qui s’attache ou se noue en tour de cou.

La forme de la Badine est déjà connue des orfèvres bijoutiers catalans en 1663 avec la diffusion du livre des ouvrages d’orfèvrerie du bijoutier parisien Gilles Légaré.

Biblio:

Pascal, Odile et Magali, Histoire du costume d’Arles, T.1, Les formes sous l’Ancien Régime, p.195-205.

Costume-coutume, exposition du cinquantenaire du MNATP , 1987.

Dalmases, N. de, Coneixer Catalunya : l’orfebreria, p.65.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Bijoux traditionnels. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La croix badine, pièce d’exception

  1. fleur turner dit :

    Elle est extrêmement belle et la documentation très intéressante L’explication du mot badine : le vent sur la dentelle que c’est poétique !

  2. Rieu Caroline dit :

    Bonjour,c’est toujours avec plaisir que je consulte votre site car j’y trouve toujours de très précieux renseignements.Je recherche actuellement des information sur les croix badines en or avec améthystes et dont le revers est décoré de motifs gravés peut etre d’origine catalane.Pouvez vous m’aider? Au plaisir de vous lire merci d’avance .Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *