La remobilisation des bijoutiers en 1990: L’association Le Grenat de Perpignan

Les années quatre-vingts sont en France au début d’un processus de sensibilisation au patrimoine et à l’identité, et le Roussillon suit cette évolution des mentalités.

Une partie du syndicat des bijoutiers se démarque par la spécificité de son travail issu de la tradition locale. En créant l’association « le grenat de Perpignan » en 1990-1991, et en faisant de ce savoir faire artisanal une marque déposée, les bijoutiers traditionnels ont alors entamé un vaste processus de relance de leur activité, avec des actions communes de promotion, soutenues par le conseiller régional du ministère de l’artisanat (Monsieur Yvon Houssard, directeur de la SEMA, Société d’Encouragement aux Métiers d’Art). et par la Chambre des Métiers de Perpignan. Si tous les grenatiers ne font pas partie de cette association, à cause de divergences , les artisans relevant de cette tradition vont dans le sens d’une valorisation du savoir faire roussillonnais.

Cette valorisation s’est depuis accentuée par la création de nouveaux modèles qui réactualisent cette bijouterie et prouvent aujourd’hui son dynamisme. Actuellement les bijoux en grenat sont plus que jamais l’une des fiertés de Perpignan et du département des Pyrénées-Orientales. Plus qu’un simple artisanat  traditionnel, ils représentent un signe identitaire fort.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *