La tradition du filigrane

Le bijou en filigranne or ou argent est constitué de fil tiré, assemblé de manière à former des jours. L’artisan compose son ouvrage une fois son dessin tracé, il soude ensuite délicatement les parties sans former des masses de soudures qui alourdiraient l’ouvrage. Le terme de filigrane vient de l’italien et signifie composé de fils et de grains. Cette technique était très appréciée sous Louis XIV et servait aussi à fabriquer des objets et petits meubles. On trouve souvent en Roussillon dans les trésors d’ermitages des médaillons reliquaires en filigrane d’argent et cette technique a été employée dans la seconde moitié du XXe s. pour constituer des bijoux en Grenat de Perpignan.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Bijouterie XXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *