Peignes et diadèmes

.

Un élément de parure tout à fait spécifique de l’Empire est le peigne diadème. Il est en argent ajusté d’un petit diadème constitué de fines perles de métal ou bien de strass sertis sur le motif constitué de palmettes de bronze doré. Ce genre de peignes n’est en rien une spécificité régionale mais il révèle que le Roussillon s’est toujours adapté aux modes de la capitale. Nous retrouvons des peignes « en pierreries » chez le sieur Bach, marchand de modes, place Royale à Perpignan en 1828

Sous Louis-Philippe le peigne s’élargit et prend de la hauteur. Il est qualifié de peigne « à la girafe ». Porté sous la coiffe qu’il relevait, le peigne pouvait être réalisé en métal ciselé ou en écaille. De tels peignes transparaissent dans la forme particulière des coiffes des lithographies du chevalier de Basterot ou de Bayot.

 En effet nous trouvons ces peignes en corne dits « à la girafe » (et qui rappellent l’arrivée de la première girafe à Marseille en 1826 ) dans la boutique de François Gervais, marchand quincaillier de Perpignan en 1844. Chez ce détaillant d’articles en tout genre nous voyons aussi des broches à camées, des paires de pendants d’oreilles, des boutons et épingles de chrysocales,  alliage de cuivre, étain et zinc qui imite l’or, ou de jais.

 Le journal des P.O., 1828, p.27.

Nous citerons notamment le « voyage aux ermitages » daté de 1829.

Histoire singulière de l’impression textile, Musée de l’impression sur étoffe de Mulhouse, Edisud, 2000, p.89.

ADPO, 3E69/2

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s., avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Peignes et diadèmes

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    La Col·lecció Rocamora té pintes-diadema. Del mateix tipus de les que mostres i també d’altres.
    Ara són al Disseny HUB Barcelona, Museu Tèxtil i d’Indumentària. Si vols, tractaré d’eneviar-te les fotocòpies del Catàleg de la Col·lecció Rocamora de 1970, on s’esmenten.

  2. Pour voir un peigne Empire orné de grenats, cliquer sur le lien suivant :
    http://www.creative-museum.com/content/peigne-empire-aux-grenats-2
    ou taper simplement « grenats » dans le champ de recherche de l’onglet MUSEE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *