Portrait de jeune femme à l’oeillet, vers 1870.

Huile sur toile, 48×59 cm.
anonyme, vers 1870.
Col.part. Perpignan.

Ce portrait permet de connaitre la mode en Roussillon aux prémices de la Troisième République. Robe à tournure, corset, dentelles et rubans de soie, coiffure haute sont assortis d’intéréssants bijoux catalans, une croix en grenat sur ruban et des boucles d’oreilles fileuses.

A cette époque il parait logique de porter un bijou en Grenat, bijou qui devient alors la grande spécialité de Perpignan.

Par contre les fileuses sont-elles encore à la mode en Roussilon alors qu’ailleurs en France ce type de pendants sont démodés, ou bien la jeune fille a t elle voulu montrer son appartenace à la tradition catalane en portant ces boucles comme héritage du passé ?

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, IIIe République, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *