un bijou tout en géométrie et méditerranéisme

Après l’Art nouveau, les premières années du XXe siècle voient les formes naturelles se simplifier et se synthétiser, annonçant les figures géométriques des années 1920. Picasso est en train d’inventer le cubisme à Céret….

D’autres artistes plus traditionnels vont dessiner pour la bijouterie du grenat, tel le sculpteur Han Coll (1871-1934) à qui l’on doit, avec le bijoutier Velzy, L’importante croix de monseigneur Patau en 1925.

Issues du mouvement cubiste, les formes géométriques, possèdent des plans nets et bien tranchés que favorisent de nouvelles tailles des pierres : en baguette, trapézoïdale… La veine naturaliste persiste toutefois avec des bracelets ou des broches « fleurs de grenats » où le joaillier peut donner libre cours à son art pour la maîtrise du sertissage.

Les années 1930 sont représentées par la « corbeille de fleurs » d’Augustin Colomer, exposée au Pavillon du Roussillon de l’exposition internationale de 1937 à Paris.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *