La garde robe de Marguerite de Çagarriga en 1782, le haut du panier d’une fashionista perpignanaise.

Hillestrom Pehr, scène d'intérieur

Hillestrom Pehr, scène d’intérieur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1778, Dona Marguerite de Çagarriga de Regnes décède à l’âge de 39 ans. Elle laisse quatre enfants mineurs, Jacques, Antoine, Josephe et Augustine, issus de son mariage avec Joseph de Regnes (1734-1781). L’inventaire qui suit est divisé en quatre lots d’habits expertisés par les tailleurs Jean Chepes surnommé Flaman, les deux Louis Cayrou ainé et cadet surnommés Montauban, et Jean Pellegry tailleur pour femmes. Les portions attribuées aux deux demoiselles leur furent remises « en nature, leur étant plus utile pour leurs besoins de s’en servir que de les vendre pour en acheter d’autres à grand frais. »

Manteau court.

Manteau court.

1er lot :

Une robe de persienne et sa jupe, une robe de satin rayé et sa jupe, une robe de taffetas chiné à quadrillé et sa jupe, une jupe de taffetas blanc avec un manteau de lit satin blanc, un mantelet satin gris moucheté, une cape de londrin écarlate (laine rouge), une jupe de cotonnade blanchie, deux mantelets de basin damassé garnis de mousseline, un tablier d’indienne noire, trois paires de poches, six corsets de nuit, quatre paires de bas de fil, quatre paire de bas de cotons, trois pièces d’estomac, quatre bonnets piqués, trois mouchoirs blancs, sept en couleurs, quatre chemises à engageantes doubles, deux chemises de Rouen à engageantes doubles, deux chemises de Rouen blanc à petites manchettes, un éventail dans un étui de chagrin, neuf coiffes de dentelle usées, trois chanoinesses, cinq jeunesses de dentelles, trois fichus de mousseline garnis de dentelle, cinq fichus brodés et festonnés, une pièce de dentelle avec l’entoilage pour des engageantes, une paire d’engageantes en éfilé.

Pièces d'habillement XVIIIe.

Pièces d’habillement XVIIIe.

2eme lot :

Une robe à l’anglaise avec sa jupe, une robe en satin bleu à mouches et sa jupe, une robe en taffetas chiné à petits dessins et sa jupe, un mantelet de taffetas noir ouaté, un tablier de taffetas vert, un déshabillé de basin des Flandres rayé et deux jupes piquées, une jupe en cotonnade de ménage, une jupe de basin, un tablier d’indienne, six corsets de nuit, cinq paires de bas de fil, quatre paires de bas de coton, trois pièces d’estomac quatre bonnets piqués, quatre chemises à engageantes doubles, trois mouchoirs blancs et sept de couleur, deux bandeaux, deux chemises de Rouen à engageantes doubles, une paire de ciseaux, six coiffes de dentelles, trois chanoinesses, cinq jeunesses de deuil, trois fichus de mousseline garnis de dentelle, une paire d’engageantes brodées, une pièce de dentelle pour coiffe, six fichus ou palatines de blondes et une à dentelle, cinq paires de souliers, trois paires de mules, un cordon de blonde, un coffre de carton, un éventail en ivoire, une paire de mitaines en soie blanche, un peu d’étoffe pour une paire de souliers, un mantelet en blonde noire, une calèche ( ?) de gaze garnie de blondes, une creuvée et nœud de manches couleur ponceau, six chemises de ménage à manchettes doubles.

Doubles engageantes finissant la manche d'une robe.

Doubles engageantes finissant la manche d’une robe.

3eme lot :

Une robe de satin rayée et sa jupe, une robe en croisé capucin et sa jupe, un déshabillé de taffetas chiné, un déshabillé d’indienne grands ramages, un mantelet de mousseline doublé de taffetas rose, un déshabillé de basin à petites rayures et deux jupes de molleton de coton, deux jupes en cotonnades avec falbalas de mousseline, un tablier d’indienne rouge, six corsets de nuit, cinq paires de bas de fil, quatre paires de bas de cotons, trois pièces d’estomac, quatre bonnets piqués, neuf mouchoirs blancs, sept mouchoirs de couleur, deux bandeaux, quatre chemises à engageantes doubles, une chemise de Rouen à engageante double, deux chemises à petites manches, quatre chemises de toiles blanchies à manchettes simples, une paire de ciseaux, six coiffes de dentelle, quatre chanoinesses, cinq jeunesses de deuil, trois fichus de mousseline garnie de dentelle, une paire d’engageantes à grande broderie, une paire d’engageantes à dentelle, deux paires de gants de soie, deux paires de gants de coton, trois nœuds de rubans chair.

Robe et chapeau, vers 1780._Image_reproduced_by_kind_permission_of_the_Olive_Matthews_Collection_Chertsey_Museum._Photograph_by_John_Chase

Robe et chapeau, vers 1780._Image_reproduced_by_kind_permission_of_the_Olive_Matthews_Collection_Chertsey_Museum._Photograph_by_John_Chase

4eme lot :

Une robe et sa jupe en moire brochée, une robe et sa jupe en gros de Naples noir, une robe et sa jupe en gros de Tour rayé et croisé, un déshabillé de droguet gris, un déshabillé toile de coton, un autre déshabillé de mousseline et leur jupe, un mantelet de drap noir, un mantelet de basin des Flandres à petite raies, deux jupes de cotonnades reblanchies, une jupe de molleton de coton, un mantelet de mousseline brodée, un vieux mantelet de drap noir, huit corsets de nuit, six paires de bas de fil, trois paires de bas de coton, trois pièces d’estomac, quatre bonnets piqués, trois mouchoirs blancs, sept de couleur, deux bandeaux, cinq chemises à engageantes doubles, une chemise de Rouen à engageantes doubles, deux chemises de Rouen à petites manchettes, onze chemises en toile de ménage, six coiffes de nuit grandes, six coiffes de dentelle usées, quatre chanoinesses, neuf tour de gorge, deux paires de manchettes, quatre fichus de mousseline garnis de dentelle, un bonnet double à dentelle, un oreiller avec du vieux linge de mousseline, trois paires de bas de soie, trois coiffes montées, six éventails, quelques fleurs artificielles, six paires de mitaines noires, deux corsets à l’espagnole et autre à la catalane, trois nœuds, deux busquières à rubans.

Chaussures de femme XVIIIe s.

Chaussures de femme XVIIIe s.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La garde robe de Marguerite de Çagarriga en 1782, le haut du panier d’une fashionista perpignanaise.

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Molt interessant. Sempre descobreixes coses noves.
    M’agrada molt.
    Rosa

  2. Martinez Jean-Pierre dit :

    Une calèche est une capuche avec armature qui permettait de ne pas écraser les coiffures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *