Un portraitiste poitevin actif à Perpignan en 1860 : Urbain Viguier (1803-1877).

Le Bulletin savant des Deux-Sèvres vient de publier en 2010 une biographie très complète du peintre poitevin Urbain Viguier. Cette étude menée par l’historien Thierry Allard indique le passage de cet artiste à Perpignan. En effet, la présence du peintre est mentionnée dans le journal des Pyrénées-Orientales du 27 janvier 1860 en ces termes: « Mr Viguier, de Paris, peintre médaillé pour ses portraits à l’huile et au pastel est en ce moment dans notre ville ou il compte séjourner avant d’entrer en Espagne. Les personnes qui auraient le désir de se faire peindre sont priées de voir plusieurs portraits exposés chez Mr Lencou, doreur, place Grétry. Ses prix toujours raisonnables sont fixés d’après les dimensions, le genre et les exigences. Il se charge également du rentoilage et de la restauration de vieux tableaux. On est prié de s’adresser à son domicile rue Saint Martin, 29; où chez Mr Lencou. »
Dans un acte du 13 octobre 1860 passé à Poitiers, le peintre signale qu’Honorine Véron son épouse réside à Perpignan. Cela prouve une présence de plusieurs mois, voire d’un an ou deux dans la ville. Le couple Viguier vit à la fois des revenus fonciers issus des biens laissés sur place ainsi que de l’activité de peintre en portrait et de restaurateur de tableaux.  Ils s’installent au 29 de la rue Foch. Ensuite, ils vont peut être partir en Espagne comme semblerait l’indiquer l’annonce du journal, mais on les retrouve plus surement en 1866 à Juzet-de-Luchon dans les Pyrénées centrales.
Suite à nos recherches sur l’iconographie du bijou et de la mode, trois portraits ont pour l’instant pu être identifiés sur Perpignan signés de l’artiste. Un quatrième vient d’apparaître. Ces ravissants portraits sont des témoignages de la mode sous le règne de Napoléon III. Ils viennent apporter, pour ceux qui sont identifiés, un éclairage exceptionnel. Parmi les quatre portraits jusqu’ici recensés (il doit y en avoir bien d’autres), deux sont des femmes anonymes et les deux autres représentent le couple Jobe.

Mr Jobe était directeur du café l’Excelsior à Perpignan, à l’âge de 35 ans. Il porte le costume masculin trois pièces, la moustache d’usage ainsi qu’une montre et sa chaine attachée au veston. Marie Jobe, 25 ans, porte une coiffe catalane en linon brodé selon la mode de la coiffe parée (ou agrémentée de dentelles dans sa partie basse), un châle sombre ainsi qu’une intéressante série de bijoux. On notera la petite croix en or et turquoises avec ses nombreuses chaines, la broche de corsage, les pendants d’oreilles allongées, les deux bagues et surtout l’important bracelet dans le goût de cette époque riche et pourtant encore très méconnue du Second Empire.
Un de ces portraits a été depuis malheureusement détruit lors d’un incendie. Il s’agissait d’une huile sur papier marouflé sur toile, signé et daté de 1861, représentant une Catalane en coiffe parée avec un châle noir. Les boucles d’oreilles y étaient très bien figurées, montrant là un travail typiquement roussillonnais en argent et or avec roses de diamant en serti clos. Malgré ses qualités picturales, le peintre a probablement fait à l’économie, car il n’a pas réalisé les mains et a travaillé sur papier.

Le quatrième portrait démontre la qualité de détails dont fait preuve l’artiste. Suite au signalement de ces documents iconographiques, l’historien Thierry Allard qui ne connaissait aucun tableau de la période perpignanaise a décidé de relancer ses recherches.

Bibliographie :

Thierry Allard, « Urbain Viguier, un peintre de référence du Poitou », Bull.Soc.Hist.et Scient. des Deux-Sevres, 4eme série, n.3, 2010, 97 p.

Artice paru dans la revue NISSAGA, 2011.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, la coiffe catalane, Second Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Un portraitiste poitevin actif à Perpignan en 1860 : Urbain Viguier (1803-1877).

  1. Marillaud dit :

    Bonjour,
    Pour Info
    Nous avons fait nettoyer 2 tableaux peint à l ‘ huile, et il est apparu une signature celle de U viguier de 1867 il s’ agit d’ un couple, ce sont mes arrières grand- parent maternels.
    Si vous etes intressé je peut vous fournir une Photo de chaque Tableau.
    cordialement
    PH.Marillaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *