Les danses catalanes à Millas en 1817

Antoni de Ferrer Corriol12

« Je ne dois pas oublier de raconter que dans ces grandes circonstances, les quêteuses de la Vierge (pabordessas), jeunes filles choisies parmi celles réputées plus sages comme les rosières, paraissaient dans leurs plus beaux atours, dans diverses maisons, vers le milieu du repas et déposaient sur la table leurs petites corbeilles ornées de broderie et de rubans, ou chacun vient déposer son offrande.Antoni de Ferrer Corriol1

Et que la compagnie (cobla) de musiciens catalans, loués pour la circonstance, ayant en tête tous les directeurs de la danse en grand costume, une fleur ou un ruban à la boutonnière de leur habit, pénètre aussi dans les maisons pour y donner son aubade pendant le dîner et que les jeunes gens chefs de la danse entrent dans la salle à manger avec leurs grands plats de cuivre servant à la quête, qu’ils placent sur la table afin que chaque convive leur vienne en aide par quelque secours aux fins des frais de leur entreprise.

Dans le temps ou je parle (bien avant 1817), la danse catalane, toujours en  vogue, était pure. C’était alors la véritable danse nationale. Elle n’avait pas subi les mélanges qu’on lui a fait éprouver depuis, et qui sont la cause de la grande dégénération. »Antoni de Ferrer Corriol

Tableau d’Antoni de Ferrer Corriol (1844-1909).

 

ADPO, Souvenirs de la famille Ferriol,  59J18.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Costumes - Modes - Bijoux, Restauration. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *