Journée de la Confrérie à Ille sur Tet dimanche 29 juillet 2012.

ILLE-SUR-TET

La Confrérie du Grenat de Perpignan, présidée par Jacques Creuzet, n’en finit pas de séduire, après avoir serti des grenats au sommet du Canigou, sur une barque catalane à Argelès, au four solaire d’Odeillo, ou à la Caune de l’Arago à Tautavel. Les bijoutiers, à la cape grenat, avaient décidé de briller dans ce véritable écrin qu’est le site des orgues.

Ce n’était pas gagné d’avance, mais le pari s’est avéré payant, grâce à l’accueil du maire William Burghoffer et de la municipalité, grâce à la présence du groupe des « Goigs dels ous », à la magie des lieux. Les visiteurs du site (73 000 personnes par an) n’en n’ont pas cru leurs yeux et leurs oreilles.

« A la confrérie du Grenat de Perpignan nous répétons des gestes vieux de plus de 200 ans. Nous fabriquons toujours les bijoux à la main et nous le prouvons en venant dans les sites les plus prestigieux du département. On peut exécuter de beaux bijoux partout. C’est d’ailleurs symbolique de créer ici sur le site des orgues, dans cet écrin et avec les Goigs », explique le bijoutier illois Alain Pagés, membre de Confrérie du grenat de Perpignan. « Cette tradition bicentenaire ne nous empêche pas d’avoir des lignes hypermodernes et d’allier élégance et modernité dans nos créations. Chacun a son coup de patte. Chaque vitrine est différente et exceptionnelle ».

Une journée qui s’est terminée dans le jardin du comte, où l’histoire du Grenat de Perpignan, prend tout son sens, puisque c’est en ce lieu que Prosper Mérimée situa la Vénus d’Ille et le mystère de la bague nuptiale.

Le grenat de Vénus, en voilà une idée.

Article publié dans l’Indépendant du mardi 14 août 2012.

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *