Portrait de madame de Noailles

Madame de Noailles

Madame de Noailles

Hyacinthe Rigaud, portrait de madame de Noailles, 1692.

Marie-Françoise de Bournonville (1645-1748) fut mariée le 15 Août 1675 à Anne-Jules de Noailles Louis de , duc de Noailles 1650-1708, gouverneur civil de la Province de Roussillon. 

Collection UMFA, Utah Museum of Fines Arts.

 

Anne-Jules de Noailles est nommé gouverneur du Roussillon à la suite de son père le 1er février 1678, puis du Languedoc de 1682 à 1689. Après avoir levé le régiment de Noailles-cavalerie en 1689, il commande durant la guerre de la ligue d’Augsbourg l’armée destinée à seconder la révolte de Catalogne.

À cette occasion, il remportera un certain nombre de batailles fameuses dans cette partie sensible du royaume de France, récemment acquise par le traité des Pyrénées. Il livre bataille ainsi près de Gerone, prend et démolit Campredon, se rend maître de La Seu d’Urgell (1681), de Saint-Jean-de-las-Abadessas, de Sant Pere de Ribes et de Ripoll (1690). Il fait fortifier Bellver de Cerdanya, obligeant ainsi « l’armée d’Espagne, quoique plus forte de beaucoup que celle de France, à sortir de Roussillon, et à repasser les montagnes qui les séparent de la Catalogne ».

Fort d’avoir remporté la bataille de la rivière Ter en 1694 ainsi que la place de Roses, il prend d’assaut la ville de Palamós le 7 juin de la même année, celle de Gérone le 16 du même mois, celle d’Hostalric au mois de juillet, et de la citadelle de Castelfollit au mois de septembre. Le duc de Saint-Simon, qui rapporte les évènement précise :

« Il prit encore par la témérité d’un seul homme, le château de Castel-Follit, sur un pain de sucre de roche, fort haut, qui commande toute la plaine. […] M. de Noailles suivit sa pointe, et prit Gérone en six jours de tranchée ouverte. La place capitula, le 29 juin, et la garnison de trois mille hommes ne servira point jusqu’au 1er novembre. Une si riante campagne valut au duc de Noailles des patentes de vice-roi de Catalogne, dont il prit possession dans la cathédrale de Gérone, et n’y oublia rien de toutes les cérémonies et les distinctions qui pouvaient le flatter »

Désormais Vice-roi de Catalogne, il prend effectivement possession de cette dignité dans la ville de Gérone, le 9 juillet 1694. Ayant déplu à Louis XIV sur son projet d’un siège de Barcelone par la mer, et malade de la petite vérole, le maréchal de Noailles rend la direction des armées au duc de Vendôme. Ce dernier, également nommé vice-roi, prendra finalement la ville catalane en 1697.

En 1700, il accompagne Philippe V, petit-fils de Louis XIV, jusqu’à la frontière espagnole pour sa prise de pouvoir et son installation au trône d’Espagne.

Anne-Jules de Noailles. Gravure anonyme d’après François de Troy

Partageant son temps entre sa province de Roussillon et la cour, Noailles, élevé à la dignité de maréchal de France depuis le 27 mars 1693, était, en février 1707, déjà malade : « son énorme grosseur et les accidents de sa maladie firent peur à sa famille » nous livre le duc de Saint-Simon. Il démissionne donc de son poste de capitaine des gardes du corps en faveur de son fils.

« M. de Noailles ne se consola point d’avoir donné sa charge à son fils. Ce vide lui fut insupportable, quoique toujours à la cour et dans la même considération. […] Sa maladie fut très brusque et courte ». Le 2 octobre 1708, au château de Versailles, et « sur les cinq heures du soir », le vieux maréchal meurt « dans son fauteuil, au milieu de sa famille et de toute la cour qu’il avait tant aimée, en présence de Mme la duchesse de Bourgogne, à qui tous spectacles étaient bons, et des trois filles du roi qui accoururent et le virent passer. »

Il fut également chevalier de l’ordre du Saint-Esprit le 31 décembre 1688 et chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis en 1693.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, Bijouterie d'Ancien-Régime, Costumes - Modes - Bijoux, noblesse roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *