Portrait de Catalane, Perpignan, vers 1870.

Photographie Cabibel, rue saint Mathieu, Perpignan

Photographie Cabibel, rue saint Mathieu, Perpignan

La coiffe de dentelle se portait en Roussillon sur un bonnet de taffetas noir. Toutefois, les villageoises portaient souvent une coiffe simple de coton d’un seul tenant. La large passe formait de chaque coté deux petites oreilles triangulaires. Sur cette photo, la jeune femme a agrémenté son bonnet d’une jolie guirlande de rubans.

« La coiffe fut toujours à cause de son prix, à cause de sa difficulté de repassage et d’ajustage, un signe d’aisance.

Les jardinières des grands mas des jardins Saint-Jacques s’en paraient chaque dimanche pour aller à la messe.

La coiffe appartenait, en somme, à un milieu intermédiaire entre la bourgeoisie cossue et le peuple.

Il existait d’ailleurs une autre coiffe, plus simple en calicot blanc empesée et entourée sur le bord par un ruban de percale.

C’était un bonnet plus répandu que l’autre, porté à la campagne, dans les villages et en semaine. »

Claude Salvy, Clotilde ou le désamour, 1984.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux, la coiffe catalane, Second Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *