Médaille de la Congrégation des Enfants de Marie, Perpignan.

Le 8 décembre 1838 se constitue un groupe d’Enfants de Marie au sein de l’Orphelinat des Filles de la Charité de Beaune, reconnu officiellement le 2 février 1840, suivie le 19 mars d’un groupe sur la paroisse de Sainte Eulalie à Bordeaux.

En 1841, l’association gagne Saint-Flour et Mainsat dans la Creuse, puis, en 1842, Bazas en Gironde suivi d’Albi l’année suivante. En 1845, c’est au tour du Mans, de Rennes, d’Aurillac, d’Aubusson et le 16 décembre, les Enfants de Marie arrivent à la capitale, en la paroisse de saint Louis en l’Isle, avec comme Directeur Monsieur Aladel lui-même. L’année suivante, en 1846, l’association se propage à Paris, c’est la création des Enfants de Marie de saint Roch, puis des paroisses de saint Vincent de Paul et de Saint Paul Saint Louis. La même année, les Enfants de Marie gagnent Toulouse et Bruguières. En 1847, cinq nouvelles associations sont érigées dans les villes de Soteville en Seine inférieure, de Sainte Suzanne dans la Manche, de Anzin et d’Andres dans le Nord de la France jusqu’à Dax dans les Landes…

L’association voulue par la Sainte Vierge se répand et dépasse bien vite les apostolats des Filles de la Charité pour atteindre les paroisses, les écoles et autres instituts tenus par des congrégations religieuses. Cette médaille a appartenu à la demoiselle G. Pasquier de Perpignan, qui fit sa scolarité à l’Institution ND de Bon Secours. 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *