Récit des fêtes données à Perpignan en décembre 1618 en l’honneur de la Conception.

Perpignan chapelle de la Conception de la cathédrale Saint Jean Baptiste

Perpignan chapelle de la Conception de la cathédrale Saint Jean Baptiste

En décembre 1618, des fêtes splendides furent données pendant trois jours, à l’occasion de la réception du rescrit pontifical de Paul V, autorisant de prêcher que « la Sainte-Vierge a été conçue sans péché originel (2). » Le samedi 15, la fête fut annoncée en grande pompe. Marchaient ensemble des tambours, des trompettes, tous les corradors de la ville et trois coblas de jotglars musichs. Derrière venaient des menestrals, anciens consuls ou anciens prévôts (sobreposats) à cheval, accompagnant l’étendard de Notre-Dame-de-la-Conception. Le dimanche, les consuls vinrent à Saint-Jean, accompagnés en grande cérémonie par la musique, les trompettes et les tambours. L’église flambait d’illuminations et l’office de Notre-Dame fut dit avec molta musica. Le Père Guardia, capucin, prêcha. Après vêpres, procession générale « comme au jour de la Féte Dieu, » sauf qu’elle n’arriva pas au Cimbori de Saint-Jacques : elle monta par la Costa d’En Calsa. Le soir, grande illumination sur la Loge et dans toutes les rues ; puis, danses publiques.

Le bras militaire » prit part à la fête le dimanche et le mardi. Deux escouades de cavaliers parurent : ils portaient les couleurs de la Vierge : les uns, habillés de blanc et de bleu, tenaient à la main un étendard blanc où se détachait la figure de la Vierge ; les autres, habillés de bleu et blanc, tenaient un étendard de tafetas bleu, représentant la même image. Le mardi, tournoi à pied (torneix de peu), sur la Place de la Loge.

Tout cela se fit a major gloria honra (de nostra senyora) i en defensio de la sua puritat i limpiesa.

Le lundi et le mardi, « une compagnie de la ville, » environ 300 hommes, vint s’aligner devant l’église Saint-Jean, sur la Place de la Llana. Ils se mirent en ligne de bataille et tirèrent l’épée, voulant dire par là qu’ils mourraient pour « la défense de la Conception de la Vierge. » . Le bras littéraire, » c’est-à-dire les docteurs de toutes les Facultés et les étudiants de l’Université, fit la fête à part le dimanche 23 décembre. Elle fut annoncée le samedi par une sorte de cavalcade où figuraient quatre chars de triomphe. Devant ces chars marchaient : la Justice, habillée de rouge, sur un cheval blanc, une épée nue à la main ; elle était escortée par deux étudiants habillés en ange. Derrière la Justice, venaient plusieurs étudiants habillés de diverses façons, notamment en femmes représentant les arts mécaniques et libéraux.

A la suite, les chars triomphaux, chacun portant un signe caractéristique : le premier, une Notre-Dame, ayant à ses pieds un écu qui semblait lui demander la faveur de défendre son immaculée conception ; le second, un saint Jean Damascène, assis sur un siège où se lisait cette inscription : hune paradisum non intrabit serpens. Un étudiant représentait Notre-Dame tenant un bâton à la main menaçant un serpent enlacé autour d’un arbre ; un écriteau portait ces mots : ipsa conteret caput tuum. Au pied de l’arbre on voyait Adam et Eve. Sur le troisième char étaient le pape et des jeunes gens prosternés à ses pieds ; le quatrième représentait un paradis.

Au milieu de chaque char étaient des étudiants vêtus en bacheliers et autres gradués de l’Université. Deux autres chars intercalés portaient des orchestres de guitares, motets et trompettes. Derrière les chars marchaient de nombreux étudiants bien parés (mol be entonats) représentant des docteurs des quatre Facultés. Enfin, trois étudiants, fils de chevaliers, portaient l’étendard blanc de Notre-Dame de la Conception ; ils lançaient des billets où ils avaient écrit des vers en l’honneur de la Vierge. Le dimanche il y eut office solennel de la Vierge, ab molta musica illuminaria. Le docteur Onuphre Compter officia et le chanoine Coma, docteur lui aussi, prêcha. A l’élévation, tous les docteurs tinrent des chandelles blanches allumées.

Immaculée Conception, cathédrale de Perpignan.

Immaculée Conception, cathédrale de Perpignan.

L’office fini, ils prêtèrent serment sur un missel, en présence du chanoine Compter, assis sur un siège qu’on avait installé sur les degrés du maître-autel. Ils jurèrent de défendre « la pureté et la conception de Notre-Dame, conçue sans péché originel. » Après la prestation de serment, on porta l’étendard à la chapelle de la Conception et on en fit hommage à la Vierge.

Les menestrals (Maîtres artisans) ne voulurent pas rester en arrière. Ils firent une fête à part et une cavalcade. « On y vit une compagnie suivie de la Conception entourée des vertus, » sibylles et prophètes ; derrière venait le roi et la Cour d’Espagne. Ce sont de simples menestrals qui représentaient tous ces hauts personnages, et ils étaient « molt ben vestits ».

(1) Corradors ou corredors désigne ici « les crieurs publics » de la ville, comme un peu plus bas.

(2) Ques pogues predicar ser consebuda Nostra Senyora sens peccat original (Mémoires de Saint-Jean, Registre de 1610 à 1633, fol. 49 v et 50 v).

Source: Pierre Vidal, Histoire de la Ville de Perpignan. 

Ce contenu a été publié dans Ancien régime. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *