L’usage du chapeau de paille chez les paysannes des Pyrénées-Orientales au XIXe s.

Joseph Antoine Cervini passe par les Fenouilledès en 1821. Il dépeint les paysages et les habitants qu’il voit en descendant la vallée de l’Agly pour rejoindre Perpignan. Il note l’usage de grands chapeaux de paille pour les femmes :

L’image contient peut-être : 2 personnes, dont Anice Del Mar, personnes souriantes, personnes debout, chapeau et plein air

« Ces vastes plaines couvertes de riches moissons, ces champs clos par des haies d’aloès, d’aubépines et de grenadiers sauvages, ces rivières que bordent de longs et flexibles roseaux pliant mollement sous le vent qui les agite, ces lignes de basses montagnes entrecoupées de collines, dont les pentes sont hérissées de vignobles opposant leur brillant feuillage à la pâle verdure de l’olivier, ces lits desséchés des torrents de l’hiver qui envahissent la chaussée, ces terrains disparaissant ensevelis sous les cailloux et les sables qui les recouvrent, ces paysans vigoureux au teint brun, au nez saillant, aux yeux et cheveux noirs que nous voyons livrés à des travaux pénibles et aux ardeurs du soleil de l’été, ces hommes graves et sérieux qui, après nous avoir vu passer avec indifférence, suspendaient leurs travaux pour nous suivre longtemps de leurs regards, ces femmes aux grands chapeaux de paille, que nous voyions pieusement courbées devant des Madonnes enfermées dans de petites niches ou chapelles qui s’élèvent de distance en distance, sur les carrefours des grands chemins, et enfin ces hommes qui dans les bourgs et les villages que traverse la route, étaient nonchalamment assis sur la place publique, après avoir travaillé autant qu’il le fallait pour les besoins les plus urgents de la vie, insouciants de l’avenir, et consommant dans la journée les bénéfices et les produits qu’elle a rapportés, tout nous rappelait l’Italie[1]. »

[1]          Melling, (M.), Voyage pittoresque dans les Pyrénées françaises et les départements adjacents ou collection de 72 gravures représentant les sites, les monuments etc., avec un texte par Cervini de Macerata, (J.A.), 1826-1830.

 

Ce contenu a été publié dans Restauration. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *