Création d’un syndicat des ouvriers: la chambre syndicale des ouvriers et ouvrières bijoutiers, joailliers et horlogers du département des Pyrénées Orientales

Nous ignorons l’existence d’un syndicat ouvrier au XIXe siècle. En tout état de cause, c’est à la fin de la première guerre mondiale, le 11 novembre 1918 qu’est constituée une chambre syndicale des ouvriers et ouvrières bijoutiers, joailliers et horlogers du département des Pyrénées Orientales. Elle a pour but de soutenir socialement ses membres et de garantir un juste prix pour leur travail. Seuls les ouvriers sont acceptés, même ceux qui ont un apprenti. Tout sociétaire devenu patron patenté sera exclu d’office. Par contre, tout patron qui travaille en chambre, c’est à dire sans boutique, avec ou sans apprenti est considéré comme ouvrier.
Le conseil d’administration est appelé chambre syndicale. Il s’occupe de l’amélioration du sort de ses membres. Le syndicat traite des questions de salaire, de réglementation et de salubrité des ateliers ainsi que de l’expertise du travail. Le principal souci est de trouver du travail à tout sociétaire, car le chômage est très important pendant la guerre. Le trésorier en est Abdon Laviose et son secrétaire Louis Montgon .

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *