Solidarités des bijoutiers: la Société de secours mutuels

En 1900 les ouvriers bijoutiers et horlogers de la ville de Perpignan décident de créer une Société de Secours Mutuel nommée « l’Alliance » afin de fournir les soins et les médicaments nécessaires à ses membres, de leur payer une indemnité maladie et enfin de pourvoir à leurs funérailles. Cette mutuelle fusionnera par la suite avec l’union Mutualiste « la Roussillonnaise » .
A la fin de l’année 1915 est crée à Paris la première association mutuelle entre les mutilés de guerre. Il est intéressant de constater la participation active de Paul Murat de l’école de bijouterie fantaisie située à Paris, 25 rue Chapon . Localement l’installation d’Abdon Laviose en 1917 à la rue Foch est liée elle aussi au fait qu’il était mutilé de guerre. Les ateliers de l’entre-deux guerres avaient un large quota de mutilés et de handicapés. Cela perdura jusqu’aux années soixante.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *