Le savoir-faire de la bijouterie traditionnelle, un patrimoine immatériel à défendre

 

Le patrimoine immatériel englobe tout à la fois celui culturel et naturel. Désormais, des espaces d’un nouveau genre, après une longue période où ceux-ci furent cantonnés à la conservation et la valorisation des biens matériels, mettent leur science à l’interprétation du patrimoine immatériel.

Ce que nous pouvons dire, c’est que la notion de patrimoine est large car nombre de définitions et de concepts – liés en particulier au patrimoine culturel immatériel – peuvent être rencontrés d’une culture à une autre, en raison même de la diversité culturelle. 

De ce fait, l’Institut a pour mission de préserver les processus de changement et de mutation. Il est d’ailleurs à remarquer que le concept de bien culturel est en pleine évolution, passant du visible à l’invisible, comme peut l’être le savoir-faire artisanal.

L’Institut compte donc valoriser la mémoire des gestes et des formes de la bijouterie traditionnelle catalane et plus généralement de toutes les bijouteries traditionnelles d’Europe et du monde. Pour atteindre cet objectif, l’Institut collecte le patrimoine immatériel et, ensuite, le transforme en patrimoine matériel par le biais de la documentation, de la transcription et de l’interprétation (exposition temporaire, projet d’exposition permanante, mise en place d’une bibliothèque….). La mission de l’Institut consiste ainsi à donner une forme physique à cette catégorie du patrimoine, le savoir-faire bijoutier en en restituant l’esprit et l’âme.

En matière de conservation du patrimoine immatériel, il est important de recueillir la signification de chacune de ses composantes. Il s’agit de conserver la mémoire des gestes, dans le but de préserver et d’encourager le maintien de la bijouterie traditionnelle dans le territoire culturel de la Catalogne française (Catalunyà Nord).

Le texte de la Convention UNESCO souligne par ailleurs que la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est un processus complexe qui implique de multiples acteurs, à commencer par les communautés et groupes qui lui donnent vie. C’est pour cela que l’Institut s’appuie en premier ressort sur le Syndicat des bijoutiers des Pyrénées-Orientales afin de mettre en relation l’Institut avec les véritables détenteurs du savoir-faire.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Les buts de l'institut. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *