Le savoir-faire des bijoutiers catalans face à la mondialisation : résister ou mourir ?

« Autrefois la modernisation et aujourd’hui la mondialisation proposent un modèle de culture unique, derrière lequel tous les peuples doivent s’aligner, sans aucun respect de la diversité culturelle. »

« La standardisation culturelle se traduit par l’américanisation des mœurs que caractérise une manière de vivre, de produire, de consommer, de s’habiller, de manger, de gaspiller. L’occidentalisation du monde, qui a entrainé la destruction culturelle des espaces géographiques suite à la domination culturelle du colonialisme et du post-colonialisme, touche aujourd’hui les portes et les places de l’Europe, dans un voyage symbolique de retour aux sources mêmes de l’histoire de l’imposition de valeurs supposées universelles. L’Europe actuelle est confrontée à une crise identitaire, les citoyens, dépouillés de leurs indispensables repères culturels, affrontent la crise actuelle dans un contexte de mutation et d’innovations technologiques auxquelles ils doivent s’adapter. »

 La mondialisation bouscule l’ensemble des activités économiques et culturelles du secteur de la bijouterie, avec l’émergence de nouveaux procédés de fabrication, et la redistribution du temps de travail. Cela va avoir, sans une rapide prise de conscience, une influence dangereuse voire destructrice sur le geste artisanal et ancestral que les ateliers traditionnels de bijoux en Grenat de Perpignan ont encore pu conserver.

 Les blocages culturels que provoquent toutes ces mutations mettent toutefois en cause les valeurs et les repères des bijoutiers mainteneurs du savoir-faire dans un territoire minuscule comme la Catalogne Nord, savoir-faire qu’il serait finalement plus simple de valoriser au sein d’un lieu vitrine de prestige une fois qu’il aurait disparu. Mais a-t-on intérêt à laisser disparaître un tel héritage culturel que d’autres nous envient ? Ne doit-on pas tout faire pour donner les moyens aux détenteurs d’une gestuelle traditionnelle totalement unique de perdurer, et par la même valoriser un territoire, un paysage, une culture, une gastronomie, une langue ?

 L’Institut du Grenat propose de réfléchir à la protection des valeurs de la diversité culturelle qu’offre encore aujourd’hui le territoire catalan. Comment faire pour qu’un élément aussi précieux de notre culture comme le geste de la bijouterie du grenat puisse résister au compresseur de la standardisation culturelle induit par une course vers la rentabilité au détriment de l’héritage culturel?

Cette réflexion doit poser les premiers jalons de la mise en place d’une vitrine prestige de l’histoire du savoir-faire en matière de bijouterie traditionnelle d’hier à aujourd’hui.

Puis par le biais d’échanges culturels entre les différentes composantes du monde du bijou tant en France qu’à l’étranger, il conviendrait de promouvoir les valeurs de prestige et d’héritage que nous tous sommes en droit de voir enfin reconnu comme tel pour le bijou en Grenat de Perpignan.

Un projet cohérent se met en place et donne les moyens à tous de s’investir dans cette mission de valorisation de l’héritage catalan pour que, par sa transmission aux générations futures, il puisse encore perdurer longtemps après nous.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Les buts de l'institut. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *