La Confrérie des artisans bijoutiers du Grenat de Perpignan et la saint Eloi

En étudiant les vingt années d’existence de la Confrérie du Grenat de Perpignan, nous pouvons affirmer que la Saint Eloi avec ses intronisés et son cortège dans la ville répond idéalement à la notion de valorisation d’une tradition ancestrale et territoriale: celle de la  fabrication de bijoux.

Son succès provient de deux raisons principales.

La première concerne l’adéquation entre la Confrérie et la norme de qualité du bijou totalement fabriqué manuellement, issue d’un savoir-faire rare et aujourd’hui quasi exclusif propre à enclencher un nouvel ancrage dans le monde des produits de luxe français. En effet, en proposant un folklore de haute qualité avec une sélection drastique de membres d’honneurs (les intronisés) porteurs eux aussi d’une tradition artisanale ou de la défense de la culture régionale, la Confrérie devient un vecteur idéal pour positionner le bijou en Grenat de Perpignan comme un produit de haute qualité, à la fois produit de luxe et de terroir.

La seconde réside dans la mise en scène des acteurs eux-mêmes de cette tradition. En replaçant le produit dans une « festa major » (fête votive) la Confrérie démontre sa volonté de redire par une profession de foi en français et en catalan l’exigence et le respect d’une technique ancestrale par l’ensemble de ses membres. En s’affichant groupés au sein de la confrérie, les bijoutiers jouent face aux médias l’image de la « communauté artisanale ». La Confrérie renouvelle l’image de la corporation artisanale soudée.

Dans cette perspective, la Confrérie ne représente pas seulement une tradition locale, au sens de la reproduction de pratiques localisées. Elle mets en pratique un imaginaire, ce nouvel imaginaire où les artisans sont réellement replacés dans le monde restreint des porteurs de tradition. La manifestation a officiellement vu le jour en décembre 2009 à l’initiative du Collectif du Grenat: Syndicat, Confrérie, Institut du Grenat et UPA.

La Saint Eloi, c’est avant tout la recréation d’un nouvel univers de sens culturel et patrimonial où tout ce qui se rapproche de l’image industrielle, productive, et par trop progressiste est perçu comme négative. Face à cela, voici un superbe renouveau d’image où se mêlent les notions d’authentique, de culture traditionnelle, de maintien de la langue et des traditions régionales.

La plus value en termes d’image et de supports de communication est indubitable. Toutefois, afin d’arriver à spécialiser le bijou en Grenat de Perpignan dans l’économie du luxe artisanal, cette manifestation doit se pérenniser et devenir un acte médiatique important.

La Tradition comme marqueur de qualité est une idée toute nouvelle. Elle doit être aujourd’hui revendiquée et assumée par les partenaires financiers des bijoutiers catalans. Au sein de l’économie départementale, cette idée est aujourd’hui très largement diffusée à l’ensemble des productions alimentaires et à d’autres secteurs artisanaux et industriels. La Tradition est synonyme de qualité. Les membres de la Confrérie confortent physiquement, ce jour là, leur engagement pour le respect de la fabrication artisanale ancestrale.

La Confrérie entre donc, véritablement, dans une lutte d’image, relativement bénéfique au bijou lui-même. Il ne s’agit pas pour la Confrérie d’améliorer la qualité des bijoux par de nouvelles techniques de production (qui alors ne répondraient plus au maintien d’un savoir-faire ancestral), mais de produire symboliquement ce gage de qualité en lui donnant une image conforme à l’idée renouvelée d’une production totalement artisanale.

La plupart des bijoux en Grenat de Perpignan disposent indéniablement de qualités techniques et esthétiques spécifiques et remarquables. Néanmoins, le discours sur la qualité et l’authenticité paraît jusqu’à présent relativement autonome des caractéristiques données à ce type de bijoux, d’où l’intérêt pour les artisans de s’y investir dans le futur. Aucun discours ne pourrait produire la notion de qualité que ce que le produit possède lui-même. Les artisans sont dans un processus de reconnaissance au titre des Indications Géographiques, nouvelle législation qui accordera un indispensable protection juridique.

La force de la Confrérie est d’avoir su enfin regrouper après vingt années d’existence un ensemble cohérent de bijouteries artisanales travaillant dans la même éthique.

En renouvelant tous les ans lors de la Saint Eloi cette affirmation d’un respect total de la fabrication ancestrale, aux côtés des autres porteurs de Tradition, La Confrérie se met en scène et obtient ainsi une visibilité accrue et une image confortée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Les buts de l'institut. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *