Le grenat à la confluence entre tradition, modernité et singularité.

Le bijou traditionnel connait un tournant radical dans la seconde moitié du XIXe s. lorsque le marché devient favorable à l’instauration d’une bijouterie du tout grenat, bijouterie traditionnelle qui va entremêler la mode, l’ouverture de marchés nouveaux et le régionalisme. 

 Cette idéologie va aller à contre courant de la standardisation provoquée par la révolution industrielle et dans le domaine de la bijouterie, s’imposera le bijou grenat comme émanation directe de la culture et de l’âme catalane.

 L’artisanat local va lutter contre le bijou de camelote, l’article de Paris créé en série. Ce dernier fournit au Roussillon la mode des trèfles, des insectes, des croissants de lune bientôt montés à Perpignan en or et grenats.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Bijouterie XXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *