Bijoux traditionnels de Bretagne

Dans l’incapacité de remplir cette rubrique, l’Institut du Grenat fait appel à toute contribution afin d’étayer le sujet.

On citera en dernier lieu le travail important en bijouterie néo-régionaliste de la maison KELT créée en 1935 ainsi que l’artiste Pierre Toulhoat. Celui-ci, né le 1er septembre 1923 à Quimper ; entre à  l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris en 1947 (option sculpture), il collabore parallèlement à la nouvelle faïencerie Keraluc dès sa fondation, crée des bijoux pour Kelt, dessine foulards, tissus et bannières pour Le Minor, crée des vitraux pour l’atelier Le Bihan-Saluden. Il a enseigné la céramique et le modelage à l’école des Beaux-Arts de Quimper et a réalisé de grandes œuvres murales à la faïencerie Keraluc (bas reliefs en céramique polychrome), pour IFREMER, pour la chapelle de l’ex-hôpital Maritime à Brest, pour le lycée de Brizeux à Quimper, etc. Il crée des médailles pour la monnaie de Paris, exécute dans son atelier de vitrail des commandes pour de nombreuses églises de Bretagne. Il crée un atelier de bijoux pour éditer ses créations et exécute des pièces d’orfèvrerie religieuses.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijoux traditionnels, Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *