Portrait de dame à sa toilette revêtant des boucles d’oreilles, vers 1760.

Johann Esaias Nilson, Portrait de femme, coll. Tansey.

Johann Esaias Nilson, Portrait de femme, coll. Tansey.

 

Cette inconnue a été peinte par le miniaturiste d’Augsbourg Johann Esaias Nilson vers 1760. Sa pose nous la montre assise dans un fauteuil, face à une table de toilette.

Le raffinement de la mode est à son apogée, avec le ton bleu des noeuds de sa robe, assortis à l’ornement de cheveux, au tour de cou ainsi qu’aux boucles d’oreilles. 

L’une  d’elles, cependant, n’a pas encore été épinglée, et elle est encore tenue dans la main droite. Bien évidemment, cette femme souhaite attirer l’attention du spectateur sur cet ornement, comme son regard et le geste de sa main gauche le trahissent. 

Son importance, cependant, n’est pas forcément comprise pour le spectateur non initié. 

Comme ce portrait dépeint l’intimité du boudoir, il a probablement été conçu pour son bien-aimé. L‘explication doit donc être recherchée dans le champ plus vaste du symbolisme amoureux. 

Il y a donc un parallélisme entre les boucles d’oreilles, qui vont toujours par paire, et les deux éléments du couple. 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d'Ancien-Régime, Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *