Prix de l’or en flèche et bijoux artisanaux traditionnels, difficile positionnement des artisans…

Fabrication artisanale de bijoux en Grenat de Perpignan, facteur de maintien d'emploi et de developement durable.

Fabrication artisanale de bijoux en Grenat de Perpignan, facteur de maintien d'emploi et de developement durable.

Si l’on anticipe sur ce que sera le bijou en Grenat de Perpignan de demain, on est écartelé entre un devenir idéal, où il continuerait à être considéré comme véritable produit de luxe, ou bien un devenir malheureusement basique ou il se sera fondu aux objectifs du marché et y aura perdu ses lettres de noblesses.

Touchés de plein fouet par l’augmentation rapide et sans limite connue de l’or, les artisans en Grenat de Perpignan vont devoir chercher de nouveaux arguments pour pouvoir continuer à travailler dans le respect des gestes ancestraux.

Difficile en effet d’échapper à la ruée du business de l’achat de l’or, des publicités incitant les particuliers à vendre leurs bijoux anciens et déclassés auprès de boutiques d’achat installées à tous les coins de rues. L’or devient une denrée rare, son cour a été multiplié par quatre en dix ans.

Si à long terme, comme toutes les matières premières, il devrait poursuivre sa hausse, on constate que certains bijoux sont vendus deux fois plus cher aujourd’hui qu’au début des années 2000.

Or, même dans le secteur du luxe, les marques doivent continuer à proposer des créations accessibles. Les artisans joailliers des Pyrénées-Orientales seront bientôt contraints à trouver des solutions : bijoux plus légers, tentation de recours au moulage afin de réduire considérablement le temps de travail et d’augmenter ainsi les couts de revient.

Phases complexes et minutieuses d'un bijou authentique actuel en Grenat de Perpignan.

Phases complexes et minutieuses d'un bijou authentique actuel en Grenat de Perpignan.

Toutes ces solutions vont avoir pour effet de dénaturer ce pur produit artisanal issu d’une tradition de travail lente et méticuleuse. De cet ensemble de qualités découle jusqu’à présent la justification du prix.

Cette alternative à de quoi inquiéter les artisans catalans en Grenat de Perpignan, détenteurs d’une tradition authentique et d’un savoir-faire artisanal unique en son genre. En effet loin de paraître anodine, la bijouterie en Grenat de Perpignan est une exception culturelle dans l’espace franco-catalan.

Déjà une volonté de valorisation avait permis d’édicter un cahier des charges œuvrant à la reconnaissance de la qualité des artisans. C’était en 1991 lorsque la profession se fédéra au sein de la Confrérie et déposait la marque « Le Grenat de Perpignan ».

Dans un second temps, afin de mieux connaître l’historique de cette tradition de bijoux, l’historien laurent Fonquernie en fit l’étude durant six années, jusqu’à l’édition en 2006 du livre de 200 pages « Grenats de perpignan, bijoux du Roussillon », ed. SASL des PO.

Cet ouvrage, s’il ne fut pas directement demandé par les artisans eux-mêmes, fut un important objet promotionnel pour ces bijoux qui retrouvèrent ainsi leur histoire, riche et singulière.

Le troisième temps, c’est aujourd’hui. C’est celui de l’urgence, celui d’un repositionnement général de cette bijouterie au sein de la bijouterie française et internationale afin que lui soit garantie un avenir, comme produit de luxe générant des emplois locaux et non comme un simple élément du folklore qui au final sera fabriqué ici et probablement ailleurs en série, avec la perte du savoir-faire local.

La tradition dont est chargé le bijou en Grenat ne permet pas de limiter sa dépendance à l’or, et ainsi de conserver des prix abordables et d’insuffler pour chaque artisan seul ou regroupé au sein de la Confrérie, un élan de créativité.

Aujourd’hui,  la possibilité d’explorer de nouvelles voies, telle le moulage des bijoux traditionnels permet d’en baisser considérablement le coût de fabrication. Cette tendance, si elle se généralisait, signifierait l’éradication pure et simple d’un savoir-faire (celui de l’estampage manuel), véritable héritage culturel issu d’une pratique ancestrale localisée à l’unique Catalogne Nord.

Un repositionnement s’impose donc, afin de pouvoir lutter précisément contre les lois du marché qui tendent à niveler et à détruire les emplois locaux détenus par les artisanats qui ont fait la réputation de notre pays.

Cela doit nous interroger, au delà des bijoutiers eux-mêmes, des élus des chambres consulaires ainsi que des hommes politiques, à trouver un ensemble de solutions propices à la sauvegarde de ce savoir-faire. Il faut trouver des moyens conséquents pour que ce secteur porteur d’emplois locaux ne disparaisse dans l’indifférence générale au profit d’objets dénaturés et folkloriques qui n’auront plus rien à faire dans le monde du bijou.

Seule une synergie de l’ensemble des décideurs pourra permettre de maintenir un tel savoir-faire et une telle singularité, encore présente sur notre département.

En mettant en place un Organisme de Défense et de Gestion, bureau d’étude et de développement, et en travaillant sur l’élaboration d’un cahier des charges exhaustif de la technique de fabrication, le Syndicat artisanal des bijoutiers pourrait permettre de tendre vers une Indication Géographique du Grenat de Perpignan, propice à sauvegarder le savoir-faire.

Les efforts de maintien du savoir-faire prônés par le Syndicat, la Confrérie « Le Grenat de Perpignan » et par l’Institut du Grenat vont ainsi permettre de faire prendre conscience au plus grand nombre de la singularité culturelle et économique de cette production artisanale de bijoux traditionnels.

Fédérés au sein de « Maisons des Vins », il y a bien longtemps que la filière viticole a compris la portée économique de participer aux salons, de communiquer au niveau de valeurs comme le terroir, le savoir-faire ancestral rénové, la qualité du produit « fait main », de se protéger au niveau des appellations, etc….

 

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Les buts de l'institut. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Prix de l’or en flèche et bijoux artisanaux traditionnels, difficile positionnement des artisans…

  1. Schroell André dit :

    Laurent parle de nouveaux arguments! C’est vrai.Donc de ce fait, il faut que chacun par ses créations artistiques contemporaines éveille le désir des femmes pour cette fabrication authentique et régionales et qu’ensemble ils fassent la promotion de leurs bijoux en grenat en participant aux grandes expositions européennes et je pense entre autres à Bâle,Munich,Vicenza et Paris.Tout ceci demande un engagement personnel considérable et coûteux mais sachez que les clients et grossistes potentiels ne viendront pas dans les Pyrénées Orientales pour faire leur choix !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *