Portrait d’Edmond HARAUCOURT (1856 – 1941), le « Sire de Chambley ».

 HARAUCOURT Edmond (1856 - 1941)

HARAUCOURT Edmond (1856 – 1941)

L’oeuvre d’Edmond Haraucourt est diverse et abondante :il est tout à la fois poète, romancier, compositeur, parolier, journaliste, auteur dramatique…

Edmond Haraucourt est né le 18 octobre 1856 à Bourmont où son père occupe un poste de fonctionnaire des finances.

La famille langroise de sa mère eut sept enfants : quatre garçons et trois filles. Les quatre garçons furent tous prêtres destinés aux Missions Etrangères, dont un devint évêque du Tibet et deux filles nonnes. Seule sa mère, Marie, ne fut pas touchée par la grâce et se maria avec la père d’Edmond.

Il fait des études au collège de Saint Dizier, l’ESTIC (actuellement) et montre des dispositions pour l’écriture. Sa sœur y naît en 1862.
La carrière de son père l’emmène ensuite à Perpignan où il est élève au Collège de Garçons de Perpignan, (actuellement Lycée Arago), côtoyant Joseph Joffre, futur Maréchal de France, ainsi que la famille Massot.

Edmond Haraucourt fut élève à l’Ecole des Chartes, Grand Prix de l’Académie Française, Conservateur du Musée du Trocadéro de 1894 à 1903 puis Conservateur du Musée de Cluny jusqu’en 1925.
Il fut Président de la Société des Poètes Français de 1907 à 1910, Président de la Société des Gens de Lettres de 1920 à 1922, bibliothécaire du Sénat, président de l’association des Admirateurs de Leconte de Lisle,
Il a été nommé Grand Officier de la Légion d’Honneur.

Edmond Haraucourt a connu Victor Hugo quelques mois avant sa mort et il a été l’un des dix poètes à accompagner son cercueil lors de son enterrement. Le célèbre défunt était, selon sa volonté, dans le corbillard des pauvres, mais suivaient des chars chargés de fleurs puisque les obsèques étaient nationales.
Haraucourt fut aussi Président de la Fondation Victor-Hugo de 1928 à 1941.

Photographie de la période perpignanaise.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Costumes - Modes - Bijoux, IIIe République. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *