Inventaire des joyaux de la reine Marie de Médicis

Marie-de-Medicis, régente de France

Marie-de-Medicis, régente de France

Marie de Médicis (1573-1642), avait une grande collection de bijoux et était une fine connaisseuse de pierres précieuses. En 1610, un inventaire exhaustif des bijoux personnels de Marie de Médicis, épouse du roi Henri IV de France et de Navarre, révèle que ses coffrets contenaient ce qui suit:

-11.538 pierres précieuses de toutes formes et tailles imaginables.

-6 Colliers de diamants.

-11 Chaînes en or de dessins et de formes différentes.

-4 Diamant insigne.

-Plusieurs bijoux d’or sertis de perles, diamants, rubis, saphirs, améthystes et d’émeraudes.

-Plusieurs chapelets en or et perles et autres pierres précieuses.

-Plusieurs bracelets d’or garnis avec variété de pierres précieuses.

-Plusieurs broches, des noeuds de corsages, des pendentifs, boucles de ceinture, boucles d’oreilles, bagues, parures et les aiguilles à cheveux garnies de diamants, perles et autres pierres précieuses colorées.

5878 perles ronde et en forme de poire.

L’inventaire a été rendu célèbre après l’assassinat du roi Henri IV (14 mai 1610), et a impressionné à ce moment-là, par le montant cumulé des bijoux de la seconde épouse du roi. 

On sait, en tout cas, que les colliers de perles grosses et rondes sont arrivées jusqu’à la Révolution française, quand on inventoria et d’évalua les Joyaux de la Couronne de France en 1791-1792, à la demande de l’Assemblée nationale. Ils furent mis aux enchères, dont les gains étaient destinés à financer la guerre.

Marie de Médicis possédait aussi un diamant énormes, le beau sancy qu' »Elle a désiré avoir « , quand elle a su que le diplomate et financier Nicolas de Harlay, seigneur de Sancy, avait vendu le grand « Sancy » au roi d’Angleterre Jacques Ier Stuart pour son épouse, indique M. Bennett.

Henri IV finit par accepter d’acheter en 1604 le Beau Sancy, pour la coquette somme de 25.000 écus. Il sera monté sur la couronne portée par Marie de Médicis pour le sacre de la reine à Saint-Denis le 13 mai 1610. Le lendemain de la cérémonie, Henri IV est assassiné par un homme du nom de Ravaillac. Marie de Médicis, mère de Louis XIII qui n’a alors que neuf ans, assure la régence.

On retrouve le fameux diamant au sommet de la couronne de Marie de Médicis, dans un tableau de Frans II Pourbus Le Jeune représentant la reine en costume de sacre (musée du Louvre et illustration de l’article).

Le beau Sancy, lors de l’exil en 1630, fut vendu pour payer ses créanciers, au prince d’Orange-Nassau en 1641. Le joyau passe ensuite entre les mains de Marie Stuart, qui le reçoit en cadeau de mariage. On retrouve ensuite le diamant chez Frédéric I, premier roi de Prusse en 1702, qui en fait l’ornement principal de la nouvelle couronne de Prusse. Pendant quatre siècles, ce joyau chargé d’histoire a ensuite appartenu tour à tour à quatre familles royales (France, Maison d’Orange, Angleterre, Prusse). 

Pesant 34,98 carats, le diamant est taillé en forme de poire et « double rose ».

Son grand frère, le « Sancy« , un diamant de 55,23 carats, est aujourd’hui conservé au Louvre.

Le diamant "Le Beau Sancy" de Marie de Médicis brille à Paris

Le beau Sancy exposé à Paris le 23 avril 2012 avant sa mise aux enchères par Sotheby’s (photo AFP).

 

 

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d'Ancien-Régime, Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *