Joan Amade (1878-1949), credo vell i sempre nou.

 

 Credo vell i sempre nou

 

L'amor d'una mare

L’amor d’una mare

Crec a la llum del dia, a l’amor de ma mare,

a la canço del rabadà sus del serrat,

a l’humil pa de segle, al pobre taulat,

al clavell de pastor i les fonts d’aigua clara.

I crec a la mar blava, a l’infinit del cel,

a l’estiu ple de sol, de perfums i de força,

al castanyer que pensa i viu sota l’escorça,

a l’abella que sap el secret de la mel.

Crec a l’estela, a la maduixa bosquetana,

al plany enyoradis de l’innocent tudo,

a les Alberes, a ta gloria, Canigo,

a la bellesa de la terra catalana!…

Credo ancien et toujours nouveau

Je crois à la lumière du jour, à l’amour de ma mère,

à la chanson du petit pâtre sur la montagne,

à l’humble pain de seigle, au pauvre toit,

à l’oeillet sauvage et aux fontaines d’eau claire.

Et je crois à la mer bleue, à l’infini du ciel,

à l’été rempli de soleil, de parfums et de force,

au châtaignier qui pense et qui vit sous l’écorce,

à l’abeille qui connait le secret du miel.

Je crois à l’étoile, à la fraise des bois,

à la plainte nostalgique de l’innocent ramier,

aux Albères, à ta gloire, Canigou,

à la beauté de la terre catalane!…

 

Un texte et sa traduction tirés de : michel.cristofol.over-blog.com

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Belle Epoque, Littérature. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *