Un extrait littéraire sur la coiffe catalane

En 1918, une kermesse est organisée a Perpignan en vue de récolter des fonds pour élever un monument aux élèves du collège morts à la guerre.

Le pseudonyme Percinet, l’un des nombreux pseudos qu’utilisait Albert Bausil pour donner l’impression qu’il avait de nombreux collaborateurs dans son journal, décrit de manière toute nostalgique le souvenir de la coiffe catalane lorsqu’il voit sur l’un des stands l’une d’elles posée, comme abandonnée :

Coiffe catalane.

Coiffe catalane.

 

« soigneusement pliées dans leur lit de papier de soie, l’escoffion de taffetas noir, le bandeau plat qui ceignit le feston relevé des cheveux sombres, et l’ovale transparent de valenciennes fines ou de points à l’aiguille attendaient le retour d’une fête de joie.

Ils savaient, ces ornements abandonnés, qu’ils n’étaient pas seulement des pièces de musées, des reliques de famille, qu’ils avaient une vie à eux une vie endormie dans les réseaux arachnéens de leur trame, et qu’il suffirait que de petites mains vénérantes les assujettissent sur des cheveux nouveaux, pour ranimer leur pouvoir de plaire et leur fonction d’embellir. »

 

Médaillon, bandeau de coiffe et amidon

Médaillon, bandeau de coiffe et amidon

Le Coq Catalan, 6 juillet 1918.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans la coiffe catalane. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.