« En Roussillon, vieilles fêtes populaires » une description de Collioure par Jean de la Hire.

bpt6k34977m (1)adrien Hamon interencheresbpt6k34977m (3)abpt6k34977m (3)aaabpt6k34977m (2)

Adolphe d’Espie, connu sous le nom de plume de Jean de La Hire, né le à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) et mort le à Nice (Alpes-Maritimes), est un écrivain et un éditeur français.

Adolphe Ferdinand Célestin d’Espie est le fils aîné du comte Célestin d’Espie, viticulteur à Banyuls-sur-Mer, et de Marie Maillol, sœur du sculpteur et peintre Aristide Maillol. À la mort de son père, il hérite du titre de comte. Il passe une partie de sa jeunesse dans une pension tenue par des jésuites où il reçoit une solide éducation en lettres classiques. Après ces « dix ans passés au collège des Jésuites de Béziers, il devient profondément anticlérical et le restera jusqu’à l’âge de 30 ans ». À l’âge de 20 ans, il choisit de monter à Paris et de faire carrière dans les lettres. Il devient d’abord secrétaire et nègre littéraire du coupleColette-Willy. Il travaille ensuite comme journaliste au Matin, dont il prend un temps la direction littéraire.

Durant l’Occupation, lors de la Deuxième Guerre mondiale, il sera un collaborateur notoire. ll se rapproche donc de l’idéologie pétainiste et soutient la collaboration à travers ses écrits. Après la guerre, il doit faire face à l’épuration à la Libération : il est exclu du Syndicat des Éditeurs le , et mis en détention préventive le . Il s’échappe de l’hôpital de Château-la-Vallière où il avait été transféré, et il est condamné parcontumace à dix ans de réclusion. Le , il est condamné à la dégradation nationale. Il se rend le . Il entreprend ensuite une nouvelle série d’ouvrages et romans policiers.

Il meurt en 1956 à Nice, des suites de ses problèmes chroniques de poumons dus aux gaz de la Première Guerre mondiale. Il est enterré dans le cimetière de Saint-Laurent de Cognac, en Charente.

Le texte reproduit a été publié en 1903 dans la revue La Magasin Pittoresque, sous la direction d’Emile Fouquet.

Ce contenu a été publié dans Belle Epoque. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *