Soigner la custode

Au milieu du XVIIIe siècle, le rôle des orfèvres bijoutiers est quelquefois très utile à la communauté afin d’assurer le bon fonctionnement de certaines cérémonies publiques comme pouvait l’être la procession du Corpus. A cette occasion la grande custode offerte au Moyen Age par la reine d’Aragon à l’église saint Jean Baptiste était descendue de la niche du retable par des orfèvres désignés à cet effet.
En 1749, les consuls nomment Bonaventure Vaquer i Cazals, à titre de survivance de Bonaventure Vaquer, son père décédé, afin de « soigner la grande custode de Saint Jean », preuve de la difficulté à descendre sans l’abîmer cette importante pièce d’orfèvrerie de sa niche. La statuette de saint Pierre du Trésor de la Cathédrale de Perpignan est peut etre le seul vestige de cette oeuvre d’orfèvrerie médiévale de grande valeur, détruite à la Révolution Française.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *