Collier d’esclavage

Sous la Révolution et l’Empire le collier d’esclavage se généralise sans toutefois s’affirmer comme un véritable bijou local.

Ce type de collier est constitué d’une à trois plaques estampées ornées d’une ou plusieurs pierres serties, reliées à l’aide de plusieurs chaînettes. La perpignanaise Jeanne Vidal Rivière possédait un tel collier constitué de chaînes d’or et d’une seule plaque lors de son inventaire après décès le 10 frimaire an IV (ADPO, 3E22/269).

Bijou typique d’autres régions françaises comme la Bresse, la Normandie et l’Auvergne, où ces plaques estampées étaient émaillées, en Roussillon il semble que les plaques présentent en leur centre une pierre sertie clos comme en témoigne un portrait de catalane daté de 1845 et conservé dans les réserves de la Casa Pairal, Perpignan.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s., avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Collier d’esclavage

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    No savia que rebien aquest nom a França. Són molt bonics

  2. Marcia Richardson dit :

    Bonjour,
    My ancestry includes finding a relative (5th great aunt) whose husband (Andre Francois Miot de Melito) served under Louis XVI and Joseph Bonaparte. I found a portrait of their family that is now in the Victoria Gallery in Melbourne Australia. You can go to the following website to see this portrait: https://www.ngv.vic.gov.au/explore/collection/work/97176/. Do you think her necklace might be in a museum in France? I would love to come and see it. I believe she and her husband are interred at Pere Lachaise cemetery. Sorry que je parle un peu francais.

    Merci beaucoup,

    Marcia Richardson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *