Josep Sébastia PONS et le grenat

Igual qu’un clavallet de pastor envermellit,

Un granat cintat d’or s’arrapa a ton orella.

Justina, bé me plau el teu coll ennegrit

I ton mirar salvatge en l’arquet de la cella.

J.S.PONS, L’estel de l’escamot, 1921.


« Lors de ma première ascension du Neulos, un vigneron de Laroque avait bien voulu nous accompagner. Il avait amené avec lui une jeune fille, qui nous devança vite dans le bois encore noyé d’ombre.

Les chevilles de Justine tournaient toujours sur le lacet rapide. Quand la pente était plus douce, on pouvait voir sa nuque brunie et les grenats sertis d’une feuille d’or qui saignaient à ses oreilles. C’était un guide aimable et fugitif. »

J.S.PONS, « Le souvenir de Manel », Concert d’été, 1950.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Espace éducatif, Régionalisme-Folklore. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *