Médaillons reliquaires du XVIIe s.

Ces pièces d’orfèvrerie sont souvent de petite taille et décorées avec finesse, un anneau permet de placer ces médaillons sur les chapelets ou rosaires.

Le terme employé pour les désigner est celui d’agnus qui désigne à l’origine un morceau du cierge pascal béni par le Pape sur lequel est imprimé le sceau de l’Agneau Pascal de saint Jean Baptiste.

Nous trouvons de très nombreuses mentions de ces pièces fabriquées en argent ou en laiton, oubien en matériaux plus nobles: or ou argent.

Des médaillons reliquaires anciens datant du XVII° siècle existent dans les collections du diocèse et dans le patrimoine des vieilles familles catalanes. Les deux cotés sont vitrés avec du cristal de roche ou bien du verre soufflé. Un élégant travail d’orfèvrerie et d’émail maintient le tout. Ce genre de médaillon reliquaire est extrêmement rare et s’apparente aux productions des orfèvres barcelonais connues grâce au livre des passenties, registre de la confrérie des orfèvres et bijoutiers de Barcelone sur lequel figure le dessin de chaque chef d’œuvre permettant d’être reçu maître orfèvre. Perpignan n’a pas conservé de tels registres mais les productions locales semblent être d’une qualité similaire.

Médaillon reliquaire de Thuir: Réalisé en or et recouvert partiellement d’émail, il s’agit d’un reliquaire enfermant les reliques de la vraie croix sous un verre églomisé et bombé. La chaîne de suspension est de la même époque.   

Médaillon reliquaire de Saint Bonaventure  : Réalisé en or et recouvert partiellement d’émail, il s’agit d’un reliquaire enfermant les reliques de Saint Bonaventure sous un verre églomisé et bombé. Les chaînettes de suspension ont disparues. Il s’agit d’une forme connue dans la péninsule ibérique sous le nom de reliquaire à flammes. 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Médaillons reliquaires du XVIIe s.

  1. commelin dit :

    on ne sais pas quelle partie du corps du sain est dans la reliquaire du st bonaventure
    ce qui est dommage

  2. mimosa dit :

    c’est effectivement plus probable ou alors il faudrait que se soit un bout « cassé » du corp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *