Du costume au bijou: la Maille dans l’identité de Perpignan (4)

Henri Claude Diogène (1892-1975)

UN ACTEUR DE L’ECONOMIE PERPIGNANAISE :

 Henri Claude Diogène, est le fils d’Henri Diogène qui avait crée à Perpignan dans la première moitié du 20e s. une société comprenant trois entreprises de bonneterie sur Bagnères, Perpignan et Barcelone.

 Henri Claude s’est occupé de l’usine de Perpignan dans les années 1920, puis va gérer celle de Barcelone. L’usine de Perpignan ferme… A Barcelone, il est sollicité par le Consul de France afin d’assurer le ravitaillement de la communauté française pendant les évènements de la guerre civile espagnole. Il doit quitter Barcelone en 1939. Il retourne alors à Perpignan et remonte une nouvelle entreprise en 1940 à l’aide des métiers de l’usine antérieure (métiers circulaires à cravates) retrouvées chez le ferrailleur Sibau.

 Installé au 7 de la place Desprès à Perpignan, à 10 mètres de la Casa Xanxo, il crée dès le 4 mars 1940 l’entreprise « DIOGENE H. » fabrique des cravates tricotées. Le 6 juin 1946, elle devient « Tricot-Dio ». Le 28 juin 1949, a lieu l’invention de la gaine Chiquita, la plus petite gaine du monde.

 En 1974, son fils Gérard (1925,1996) déplace l’entreprise dans des locaux plus petits au 7 Cours Palmarole à Perpignan, c’est l’amer constat d’une époque révolue.

 Aujourd’hui Tricots-Dio appartient toujours à la fille de Gérard Diogène. C’est une toute petite entreprise située impasse de Thuès à Perpignan.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Costumes - Modes - Bijoux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *