1ere rencontre Projet éducatif Léonardo à Koblenz (Allemagne)

Les 4 et 5 octobre dernier, l’Institut du Grenat, association dédiée à l’histoire du bijou en Grenat de Perpignan était à Coblence en Allemagne (Rhénanie Palatinat) afin d’intégrer un projet éducatif avec quatre autres pays d’Europe sur les méthodes de restauration de l’orfèvrerie et de la bijouterie pour les musées.

Porté depuis mai 2008 par la Chambre des Métiers de Coblence, il s’agit d’un programme de l’Union Européenne portant sur le développement d’une base de données sur les procédés techniques de restauration des objets anciens en or a été conclu entre différentes entités provenant de pays européens comme la République Tchèque, la Hongrie, la Lituanie et la France. En effet le savoir-faire des bijoutiers traditionnels en Grenat de Perpignan perpétue des méthodes anciennes pouvant aujourd’hui être un outil unique pour œuvrer sur la restauration d’objets en or et en argent des collections muséales des différents pays européens.

Laurent Fonquernie, historien et président de l’Institut du Grenat est donc parti avec deux bijoutiers représentant le Grenat de Perpignan (Jean Michel Calvet de Prades et André Laviose de Perpignan) et ont pu ainsi travailler sur un calendrier partenarial de travail et visiter l’atelier de restauration d’orfèvrerie religieuse Schoenstatt à Vallendar près de Coblence. Avec l’Institut du Grenat, les autres partenaires sont l’atelier de restauration des Musées de Vilnius en Lituanie, l’école des Arts et Métiers de Debrecen en Hongrie et l’Ordre Tchèque des Arts appliqués en étroite collaboration avec le Musée de Turnov en Tchéquie, et bien sur la chambre de Métiers de Coblence.

Ce projet général va favoriser l’échange technique entre les différents pays. Il a comme opportunité » pour le Grenat de Perpignan de  concrétiser trois projets futurs : l’étude scientifique des paillons anciens en argent, partie intégrante des bijoux en serti clos. Cette étude sera réalisée par les partenaires du centre de restauration des musées d’art de Vilnius en Lituanie. Un second projet concerne la mise en place d’un protocole en matière de restauration-conservation des bijoux anciens en serti-clos. Le troisième projet concerne une exposition commune Grenat de Perpignan-Grenat de Bohème courant 2012 dans les deux pays.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Actualités, Les buts de l'institut, Union européenne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *