Mémorial des bijoux en or ou autres que madame Maria de Fontanella i de Palmarola fait de l’inventaire de feu son mari, Don Josep de Fontanella i d’Ardena, à Perpignan, l’an 1688.

 

Femme à sa toilette à la fin du XVIIIe s.

Femme à sa toilette à la fin du XVIIIe s.

Cet inventaire de bijoux permet de considerer la parure dans les plus hautes sphères dirigeantes du Roussillon :

Deux écrans à main, un petit cadre de chevet de lit avec corniche dorée, des rosaires de corail garnis d’argent, deux paires de pendants d’oreilles à la française avec pierres blanches, un crochet (gafet) d’argent avec deux pierres blanches, une rose d’argent à pierres blanches, un rosaire de coco à chaine d’or avec deux médailles d’or, un bracelet de perles fines, un fil de perles fines pour le cou et un collier d’agate et argent, un anneau d’or avec une turquoise fine, un autre anneau d’or avec un œil de serpent et des améthystes, un cordon de soie noire avec trois diamants pour le cou ainsi que le symbole du Carmel, une petite croix d’or, l’ensemble appartenant à la dite dame en bien propre.

Deux bracelets d’ongles d’éléphant garnis d’or (ivoire?), un anneau d’or à huit turquoises petites, un autre anneau d’or avec six petits diamants, une rose d’or avec huit diamants et huit émeraudes, et une initiale d’or que son mari lui donna quand ils se marièrent, une agrafe d’argent avec diamants que la dite dame a reçu de madame la marquise.

Joseph de FONTANELLA y d’ARDENA est né dans les années 1650, fils de Francesch FONTANELLA y GARRAVER (poète catalan rentré dans les ordres après son veuvage) et de Stasia de ARDENA y de SABASTIDA. Il fut capitaine dans le régiment Royal Roussillon. 
Joseph de FONTANELLA y d’ARDENA a épousé en premières noces le 18 septembre 1680 en l’église St Jacques de Perpignan Maria Angela FLOS, fille d’un marchand de Perpignan, qui est morte dans les années qui suivirent. Joseph s’est remarié le 29 juillet 1685 avec Maria de PALMAROLA, fille de Francesch de PALMAROLA et de Francesca VAQUER. Maria avait été baptisé à Toulouges le 17 février 1665.
Joseph de FONTANELLA est mort en 1688. Peu après son veuvage, Maria se remaria le 30 janvier 1689 en la cathédrale St Jean de Perpignan avec Joseph de MARTI y PREXENS, avocat général au Conseil Souverain de Roussillon.
Maria a été plusieurs fois la cible de procès de la part de son ex belle-famille pour suspicion d’empoisonnement de son premier mari. Avant on avait également tenté d’empêcher son remariage en accusant le second mari de rapt… Dans tous les cas, Maria de PALMAROLA a perdu ses deux maris très peu de temps après leur mariage. 
Le premier mari de Maria de PALMAROLA était titulaire d’une fortune encore plus importante que son oncle, lui même président du Conseil Souverain du Roussillon, puisqu’il héritait à la fois des FONTANELLA et des d’ARDENA. 

Joseph de FONTANELLA époux de Maria de PALMAROLA était en fait le neveu de son homonyme Josep de FONTANELLA y GARRAVER frère aîné du poète Francesch (tous deux fils de Joan Pere FONTANELLA juriste qui s’était transplanté à Perpignan après 1640).

Ce Josep de FONTANELLA (1601-1680) a joué un rôle important dans la révolte politique et le rapprochement du Principat avec la France. Docteur en droit, il a mené de front plusieurs carrières: une activité d’avocat dans le cabinet familial, la charge de doyen à l’Estudi General de Barcelone où il animait par ailleurs la chaire de droit civil et de droit canon, et enfin, un travail de juriste auprès de la Députation du Général ou Generalitat.

L’implication politique de Josep dans le rapprochement avec la France lui a permis d’obtenir des contreparties, comme sa nomination à la Nouvelle Audience Royale ou encore le titre de Vicomte de Fontanella en 1649. Muté à Perpignan lors de la reddition de Barcelone en 1652, il a continué à bénéficier des faveurs des autorités françaises. Finalement, à la création du Conseil Souverain du Roussillon, en 1660, Josep en sera nommé président et conservera ce poste jusqu’à sa mort, soit vingt ans plus tard.

Nous sommes donc dans l’intimité de l’épouse du neveu du premier président du Conseil Souverain, en 1688, date à laquelle elle doit faire l’inventaire complet de ses biens.

Sources :

Archives Départementales des P.O., 1 E 438.

http://www.raco.cat/index.php/Mirmanda/article/viewFile/250545/335305

portrait de femme vers 1680-1690, coll. part.

portrait de femme vers 1680-1690, coll. part.

Ce contenu a été publié dans Ancien régime, Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mémorial des bijoux en or ou autres que madame Maria de Fontanella i de Palmarola fait de l’inventaire de feu son mari, Don Josep de Fontanella i d’Ardena, à Perpignan, l’an 1688.

  1. Lily dit :

    Ouch, moi qui recherchait une petite info sur le sujet, je suis servie !

    ps : une petite faute « une petite crois d’or » = « Une petite croix d’or »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *